Après 20 mois d’absence, Vincent George a retrouvé le chemin des terrains.

En 2012, Vincent George intégrait le noyau professionnel du FC Brussels. Promis à un bel avenir, le milieu de terrain allait voir la suite de sa carrière compromise par des blessures à répétition. Jamais épargné par la malchance, il vient de reprendre le football du côté de Kosova, après une absence de près de deux ans ! "Mon dernier match de championnat, il remontait à décembre 2017. Blessé au genou, je suis resté 20 mois sans pouvoir jouer au football", débute-t-il.

Un nouveau coup dur plus compliqué à vivre que les autres. "J’avais déjà connu pas mal de blessures par le passé mais celle-là, elle m’a vraiment fait mal. À tel point que j’ai songé à tout arrêter. C’était presque la blessure de trop. Mais j’aime trop le football et j’ai décidé de reprendre."

Comme il l’a fait à de nombreuses reprises durant sa carrière. "Depuis que j’ai 15 ans, je vis avec ces blessures. Ça a commencé par une fracture du péroné, j’ai été opéré une première fois au genou à l’âge de 17 ans pour connaître finalement six opérations des genoux dans ma carrière. Sans oublier les autres nombreuses fractures."

On pense notamment à celle de la cheville dont il a été victime alors qu’il était en train de faire son trou au FC Brussels, en D2. "Cette fracture de la cheville est tombée à un très mauvais moment pour moi car tout se passait très bien là-bas. Sans ces blessures, je me dis que j’aurais peut-être fait une plus belle carrière. J’ai un regret par rapport à ça même si ce n’est pas que de la malchance. J’en suis peut-être aussi responsable de par mon hygiène de vie qui n’a pas toujours été optimale."

Aujourd’hui, Vincent George repart en D3 amateurs, décidé à reprendre du plaisir et avec l’espoir d’être enfin épargné par les blessures. "Je veux retrouver du plaisir en jouant un maximum de matchs, sans me blesser. Sur un plan collectif, j’espère aussi que tout se passera bien et que l’on parviendra à atteindre les objectifs fixés par le club."