Malgré une bonne résistance, Alison Van Uytvanck a du s'incliner face à Caroline Garcia, 19e mondiale, 7-6, (7/2), 4-6, 6-2, lâchant prise au début du troisième set, samedi en ouverture du quart de finale de Fed Cup entre la Belgique et la France à Liège. 

Ce que la joueuse de Grimbergen, 50e mondiale, regrettait.

"J'ai eu un jeu un peu moins bien à 1 partout dans le troisième set puis elle a très bien joué", a confié Alison Van Uytvanck au point presse après la rencontre. "C'est dommage d'avoir perdu ce jeu-là, j'ai essayé ensuite, mais elle mettait des balles difficiles. Ce fut plus compliqué après. Je crois qu'il y avait beaucoup de stress au début, même si on servait bien toutes les deux. Johan (Van Herck, ndlr) m'a dit de rester positive et cela a bien marché. Dans le troisième set aussi, j'ai continué à me battre parce qu'on ne sait jamais ce qui peut se passer. Je reviens à 5-2, et comme je dit tout est toujours possible. Caroline Garcia n'était pas inaccessible aujourd'hui, il m'a juste manqué un niveau pour gagner".

La Belgique est ainsi menée par la France dans une joute entre les deux nations qui s'annonce accrochée. "En Fed Cup, tu ne joues pas pour toi, tu joues pour ton équipe et tu veux toujours bien faire, pour prendre le premier point, cela donne un peu plus de stress", a avoué Alison Van Uytvanck. "Ce qui explique peut-être aussi le nombre de fautes directes en début de match. C'était serré, ce sera le cas encore tout le week-end. La seule chose à faire est de se donner encore à 100%".