Sur le parcours de Pebble Beach, les deux dernières journées s’annoncent passionnantes avec une foule de candidats à la victoire.

Grâce à une remarquable carte de 65 lors du deuxième tour, Gary Woodland a pris la tête de l’US Open qui se dispute sur le légendaire parcours de Pebble Beach (par 71), en Californie. L’Américain totalise 9 coups sous le par. Mais il a une meute de poursuivants à ses trousses parmi lesquels l’Anglais Justin Rose (-7), le Sud-Africain Louis Oosthuizen (-6), le Nord-Irlandais Rory McIlroy (-5) ou l’Américain Brooks Koepka (-4). C’est dire si les deux dernières journées de ce troisième tournoi du Grand Chelem de l’année s’annoncent passionnantes.

Sans très bien jouer, Tiger Woods a passé le cut. Le lauréat du dernier Masters pointe à la 32è place, dans le par. Rien n’est encore perdu, bien sûr. Mais le Tigre devra clairement élever son niveau de jeu s’il veut se mêler à la lutte pour la victoire. C’est surtout dans ses coups d’approches qu’il est apparu hésitant. Et à Pebble Beach, avec des greens ceinturés par le rough et les bunkers, il est essentiel de faire preuve d’une précision horlogère.

Pour rappel, Thomas Pieters n’a pas réussi, lui, à se qualifier pour les deux derniers tours. En panne de confiance (50% de greens en régulation à peine et près de deux putts par green), l’Anversois a signé deux tristes cartes de 76 pour un total de 10 au-dessus du par. Tout le monde s’accorde pour dire qu’il touche très bien la balle à l’entraînement. Mais, à l’évidence, il ne parvient pas à reproduire le même schéma en compétition. Prochain grand défi : le British Open, dans un peu plus d’un mois, en Irlande du Nord.