Robin Lefevre, pur produit templeuvois, a participé au festival offensif (7-1) des siens.

Templeuve n’a pas fait dans le détail face à Isières (7-1) ce week-end. Une victoire qui permet aux hommes de Jean-Do Vessié de comptabiliser quatre points sur six et qui en appelle d’autres, très certainement. La force de frappe templeuvoise devrait s’avérer plus consistante que celle de la saison dernière puisque plusieurs renforts offensifs, dont Leva, auteur de trois buts dimanche, sont arrivés.

Ce succès face à Isières, Robin Lefevre y a aussi participé en inscrivant un but. "J’ai eu beaucoup de chance. En réalité, Anthony Seghers frappe sur le poteau et le ballon revient dans mes pieds alors que j’étais à 30 centimètres du but", dit le jeune joueur de 21 ans.

Robin ne va pas s’enflammer sous prétexte que Templeuve a réalisé le carton du week-end. "On aurait pu tenir le zéro derrière. Et Isières aurait dû bénéficier de deux penalties. Pour le reste, nous avons livré une bonne prestation."

C’est tout naturellement à Templeuve que Robin a commencé à jouer au football. "Il faut dire que j’habite à 20 mètres à peine du terrain. Ma place de prédilection, c’est back gauche, même si je suis droitier, poursuit-il. Quand le club est monté en Promotion, les équipes de jeunes ont stoppé et je suis parti pendant trois ans au RFC Tournai. Ensuite, j’ai joué trois ou quatre ans à Estaimbourg, jusqu’en U21, avant de revenir à Templeuve, cette fois en P3."

Robin espère être repris avec l’équipe A le plus souvent possible, mais il veut rester réaliste. "Je joue régulièrement avec l’équipe B, désormais en P4. On verra quand tout le monde sera présent si je continue ou pas avec la P2. Je sais que l’équipe A nourrit de belles ambitions et que l’objectif serait de remonter en P1 pour le centenaire du club, qui sera célébré en 2021."

Robin avait déjà été repris avec le noyau A, notamment à Belœil, juste avant la reprise du championnat. "Mais là, j’avais deux ou trois buts sur la conscience", sourit-il maintenant.

Quand on lui demande de citer ses principales qualités, la réponse fuse. "Mes qualités ? Je ne vais rien dire de spécial. Je suis avant tout disponible sur le terrain."

Et c’est déjà un atout non négligeable pour le coach.