Nicolas Vinet veut continuer à faire progresser le champion WBF des welters.

La nette victoire aux points de Meriton Karaxha sur le Danois Mikkel Nielsen, vendredi dernier à Izegem, pour le gain du titre WBF des poids welters, a comblé d’aise Nicolas Vinet. Le grand manitou d’Elite Enghien, qui travaille depuis deux ans avec le Belgo-Albanais dont il est l’entraîneur et le manager, tient enfin "le premier champion du monde" du club. Ce qui n’est certainement pas une fin en soi mais déjà un bel accomplissement.

"Meriton a globalement bien respecté le gameplan, indique Nicolas Vinet. Je lui ai demandé de ne pas trop travailler en force en début de combat, ce qu’il a bien fait, mais au quatrième round il a pris un gros coup de tête qui lui a ouvert l’arcade et l’a mis en stress pendant deux ou trois reprises. Le douzième round a été réellement dur physiquement mais il avait assuré l’essentiel bien avant comme en témoigne sa nette victoire aux points."

Cette ceinture WBF, conquise après deux titres internationaux de moindre envergure, Meriton Karaxha (26 victoires, 5 défaites, 2 nuls), qui possède un sacré tempérament, est bien décidé à la défendre dans les mois à venir.

"Je lui ai dit que le plus difficile n’était pas de devenir champion mais de le rester", reprend notre interlocuteur qui, après le récent refus du Suisse Zino Meuli, s’est mis à la recherche d’un nouvel opposant pour une première défense de titre. "J’espère ensuite pouvoir organiser le championnat du monde IBO, face au tenant du titre Sebastian Formella, à la fin du mois de mai. Vous savez, Meriton est un gros puncheur, il fait très mal et, comme il a réussi à gommer certaines lacunes, qu’il prend moins de coups et qu’il a gagné en maturité, il peut espérer de belles choses. Et je ne parle pas d’un titre interim qui n’a aucune valeur ou d’un nouveau titre international auprès d’une grande fédération mondiale. Je pense plutôt à l’IBO ou à l’IBF. En tout cas, les propositions ne manquent pas !"