Daniel Vandendaul repart à l’assaut de la mythique épreuve.

On avait dit qu’on ne l’y reprendrait plus et, pourtant, Daniel Vandendaul sera au départ de Paris-Ribeauvillé le 5 juin prochain. S’il a changé d’avis, c’est parce que l’épreuve a elle aussi changé.

"Les 430 kilomètres de la mythique, c’est trop pour moi. Mais cette année, les organisateurs ont proposé deux autres distances à savoir 330 et 230 kilomètres. C’est sur cette dernière distance que je vais m’aligner. C’est dans mes cordes vu qu’il y a peu, j’ai quand même encore fini 3e des 24 heures de Wadelincourt. Lorsque je me suis remis à la compétition en 2015, mon objectif était de passer une dernière fois la ligne d’arrivée à Ribeauvillé. Ce que j’espère faire cette année."

L’épreuve revisitée, c’est donc une aubaine pour le Lensois de 65 ans qui marche depuis 40 ans, après avoir pratiqué les différentes disciplines de l’athlétisme.

"Sans la compétition, je ne sais pas si je ferais encore du sport. C’est ma carotte pour avancer. Mais je ne voulais pas non plus prendre des risques et me casser la pipe. La 3e formule, c’est donc une aubaine."

Concrètement, tous les participants prendront part au prologue de 10 kilomètres avant le départ à Château-Thierry. Pour les 230 kilomètres, la course sera neutralisée à Vitry-le-François. Et c’est à Plainfaing que les marcheurs se retrouveront tous ensemble pour la dernière ligne droite.

"Le 6 avril, avec le Grand Est sur 180 kilomètres, j’aurai droit à une répétition idéale avant l’épreuve de juin. Je sors de quinze jours d’entraînement aux portes de l’Andalousie où l’alternance entre le bord de mer et la montagne est un terrain idéal pour me préparer puisque j’aurai des conditions similaires lors de mes deux prochains rendez-vous."

Deux rendez-vous où il sera à nouveau épaulé par une dizaine de personnes. La marche est loin d’être une discipline solitaire…