Les deux joueurs estiment que le comité de Warcoing ne tient pas ses promesses.

Plus de trace depuis quelques week-ends déjà de Remi Keromest et de Rachid Barah sur la feuille de match de l’OC Warcoing. Pourtant, ces deux joueurs ne sont ni blessés, ni suspendus. Ils ont décidé de ne plus se présenter pour des raisons extrasportives. Ils estiment que les engagements pris par le comité les concernant ne sont pas honorés.

"Des paroles ont été dites. Elles ne sont pas assumées et c’est dommage. Nous avons essayé, Rachid et moi, de trouver un terrain d’entente en faisant un geste. Mais ce geste doit venir des deux côtés", explique Remi Keromest. "Je joue pour un club, un coach, une âme. Rachid aussi. Voilà deux ans que nous prenons beaucoup de plaisir à évoluer à Warcoing et la situation actuelle nous peine. Mais à un moment, on ne peut pas dire amen à tout."

Le défenseur français de l’OC se demande pourquoi Rachid Barah et lui sont ciblés. Les deux garçons disent avoir rempli leur contrat envers le club. "Quel est l’intérêt du comité de ne pas honorer ses engagements ? Nous attendons toujours un geste et nous sommes prêts à revenir pour le coach et pour le groupe", assure Remi.

Si jamais aucun terrain d’entente n’est trouvé, Remi ne se voit pas stopper le football. S’il avait à choisir, il aimerait poursuivre son parcours en Belgique. "J’ai encore la santé et je ne suis pas près d’arrêter. Le souci, c’est que dans la situation actuelle, Rachid et moi sommes bloqués. Ce n’est pas correct."

En attendant, Fabien Delbeeke, le T1, doit se passer de deux éléments importants. "C’est une affaire entre le comité et eux, mais perdre Remi et Rachid ne fait pas mes affaires", confirme le coach. "D’autant que Rigaut, Sakanoko et Palmieri sont blessés. Au total, ça fait 5 titu laires en moins et je ne peux pas faire jouer la concurrence."

Et après un bon départ, Warcoing marque le pas…

“Nous manquons d’intelligence en P1”

Le président de Warcoing, Geoffrey Messiaen, ne veut pas faire de cette affaire une montagne. “Je ne vais pas m’étendre sur le sujet, ça sera automatiquement de la faute du comité, de toute façon. Ils attendent un geste de la direction. Je ne suis pas le seul décideur mais pour ma part, il n’y aura pas de geste, point final. Il faut passer à autre chose.”

N’empêche, avec un noyau déjà restreint, Warcoing peut-il s’en sortir dans la situation actuelle ? “Écoutez, nous avons parfois manqué d’intelligence pour la P1 depuis l’entame de la saison”, assure le président de l’OC. “Nous avons eu de la réussite face à Belœil et au Pays blanc au début. Maintenant, nous aurions pu prendre quelque chose contre Pâturages et no