Namurois et Luxembourgeois vont se disputer les titres de n°1 dans leur province respective.

Les régionaux ont logiquement de plus en plus de mal à se frayer une place de choix dans cet Xterra Belgium qui voit son niveau augmenter d’année en année. Un top 20 comme celui réalisé par Sylvain Denis au milieu des professionnels est et reste un résultat de premier choix.

Cette année encore, le Namêchois s’érige comme l’une des meilleures chances namuroises. On suivra aussi avec intérêt la prestation de l’Andenais Boris Rolin, qui avait été contraint à l’abandon la saison dernière et qui abordera cette course avec l’esprit revanchard.

Du côté de la province de Luxembourg, on attend au tournant la bande des quatre. Maxime Demars aura à cœur de confirmer son brillant résultat de 2018 où il avait pris une place dans le top 50 juste devant le trio Debry-Antoine-Louis. Ce dernier espère enfin pouvoir briller à Namur.

"Jusqu’à présent, je suis passé à côté de mes courses", regrette Mathieu Louis, médaillé de bronze aux Mondiaux de 2015 à Hawaï. "La première année, on avait eu droit à un duathlon, j’ai aussi eu des pépins physiques avec mon genou ou encore des crampes dès le premier tour en VTT l’année dernière. J’espère que cette fois, cela va mieux se passer."

Pourtant, tous les feux ne sont pas au vert pour le Tintignolais. Si la préparation en VTT s’est plutôt bien passée, Mathieu Louis regrette le manque de temps pour s’entraîner. "J’ai eu pas mal de boulot. Je n’ai presque plus nagé ces deux dernières semaines et on peut dresser un même constat concernant la course à pied. Mais si les sensations sont présentes, je sais que je peux réaliser de bonnes choses. La reconnaissance du week-end dernier a plutôt été positive pour ce qui est du VTT. Le circuit a été modifié et les successions de côtes, qui sont plus longues, me conviennent plutôt bien."

Autant dire que la bagarre s’annonce belle pour le statut honorifique de premier Luxembourgeois. Romain Debry a, lui, plutôt bien réussi sa préparation du début de saison alors que Yannick Antoine, même s’il se prépare en vue de l’Ironman de Nice, ne s’aligne jamais sans l’intention d’aller décrocher un bon résultat.