Ce samedi soir, le RFB s’en ira avec l’étiquette de leader défier Durbuy dans un match qui sent le piège. 

Pour rancarder les Boussutois, Leandro Bailly apparaît comme la personne idéale, lui qui a passé six mois dans la plus petite ville du royaume.

Leandro, dans quel état d’esprit retournez-vous à Durbuy ?

"Ce n’est pas parce que j’ai joué là-bas que ce match est différent des autres. On les prend les uns après les autres, sans aucune forme de pression."

Ce n’est pas la meilleure période de votre carrière, n’est-ce pas ?

"C’est clair et je l’ai déjà dit. Ce qu’on m’avait promis sportivement n’a jamais été respecté. Mon sentiment est donc plutôt négatif mais c’est seulement après que je me suis rendu compte que j’avais commis une erreur."

Vous avez le même feeling avec la Raal où vous êtes parti ensuite ?

"Je n’y suis resté que six mois. Ça ne me fait pas grand-chose."

Si vous êtes revenu à Boussu, c’est parce que le sentiment n’est pas le même logiquement.

"Je suis ici dans un environnement beaucoup plus familial, y compris avec les supporters. En fait, j’ai regretté très vite mon choix quand j’ai quitté le club pour Durbuy. Mais je n’y fais plus attention, c’est le passé."

Le présent, lui, est beaucoup plus sympa…

"C’est certain que ça roule. Nous sommes invaincus, avec 16 points sur 18. Le groupe vit bien, on s’entend parfaitement. Par rapport à mon premier passage, je dirais qu’il est encore plus compétitif, même s’il y avait déjà de la qualité. La relation entre les joueurs est parfaite. Il n’y a pas un gars qui vient à l’entraînement en tirant la tête."

On dit souvent que se déplacer à Durbuy, c’est un piège. Pourquoi ?

"Pour la plupart des équipes, ça résulte déjà d’un très long déplacement et il y a forcément de la fatigue. Avec ça, si on n’y arrive pas avec la bonne mentalité, on rencontre des problèmes. Des souvenirs que j’ai, ça défend bien à la maison. Ça se bat. Ce sera probablement un match comme celui-là qui nous attend. On le prendra comme les autres. En sachant qu’avec l’effectif qu’on a on peut faire de bons résultats n’importe où. Si on y met l’envie."

Un mot sur votre début de saison ?

"Satisfaisant, même si en tant que compétiteur, je veux toujours plus. Et en tant qu’attaquant, j’aimerais marquer à chaque match. Je veux donc être plus décisif encore."