Face à Visé, les Nuts de Bastogne se sont imposés à l’occasion du premier match de l’histoire du club à l’échelon régional.

Actifs dès le mois d’août en Coupe AWBB, les Bastognards n’ont pas connu une pré-saison des plus faciles. Avec 4 défaites en autant de sorties, les hommes d’Émeric Heneffe auraient pu laisser le doute s’installer au moment de découvrir l’échelon régional. Pourtant, samedi soir, face à Visé, les Nuts ont sorti 25 minutes de très belle facture pour passer 16 points aux Liégeois avant d’entamer le dernier quart-temps (52-36).

"Le groupe repart sur la continuité de l’an dernier avec une équipe soudée, explique Adrien Hoffelt, le charismatique pivot de Bastogne. Nous passons 4 soirées par semaine ensemble, il faut donc de la motivation. Nous ne doutions pas avant la rencontre. Nous avons mis beaucoup de rythme pour faire la différence, ça tournait bien. Avant d’aborder le dernier quart-temps, nous avions une avance considérable."

Un gouffre qui va jouer en défaveur des Bastognards. En jouant la montre, les hommes d’Émeric Heneffe se sont fait peur en perdant pied dans la partie. Si Visé a finalement rappliqué à 4 petites longueurs, l’essentiel était néanmoins assuré, à savoir une première victoire historique en R2 pour le club (62-58). "Dès la première journée, cela va nous permettre de nous rassurer. Mentalement, c’est compliqué lorsque vous enchainez 4, voire 5 défaites pour entamer une saison dans une nouvelle division. Cette victoire nous enlève de la pression."

Avec un seul transfert entrant, Sébastien Dejardin, Bastogne ne va pas révolutionner son jeu pour sauver sa peau en R2. "Comme l’an dernier, nous allons nous appuyer sur une grosse intensité défensive, précise l’ancien Chestrolais. Nous devrons prendre le dessus sur les rebonds, et pouvoir compter sur nos rotations pour garder un certain rythme. Le plus important pour nous ? Je pense qu’avant tout, l’équipe devra s’acclimater au niveau de la R2. Mentalement, les gars doivent franchir un palier en se disant qu’ils sont capables de réaliser les mêmes gestes qu’ils réussissaient en P1. Quant à Sébastien Dejardin, on doit lui laisser le temps de prendre ses responsabilités. Mais c’est un joueur impressionnant, qui est très physique, et peut tant jouer à l’aile qu’au pivot."

À signaler les 18 points d’Endy Giot samedi soir, qui ont permis aux Nuts d’entériner ce premier succès de la saison.