Balayées lors de la manche aller des playoffs en P1, Athus et Saint-Hubert auront soif de revanche ce week-end.

Mardi soir, le leader de la phase classique, Bastogne, recevait Athus pour la première demi-finale des playoffs. Il n’y aura tout simplement pas eu de match entre les deux équipes. En première période, alors qu’Orban et Boone ont mis les "Nuts" sur orbite, Verhelst a tenté de sauver les meubles en plantant 16 points (41-27).

Après la pause, la défense des Bastognards a étouffé les Métallos dans le troisième quart-temps (62-33). Le dernier acte fixera ensuite les chiffres à 76-43. Une gifle. "Bastogne nous a pris à froid et derrière nous avons été incapables de revenir dans le match, explique le coach d’Athus, Frédéric Theis. L’avance a continué de grimper et la réussite n’a pas été de notre côté. C’est notre première participation en playoffs, nous apprenons. Il faudra néanmoins montrer un tout autre visage samedi."

Mais le lendemain , mercredi soir, le duel entre Arlon et Saint-Hubert a pris une toute autre tournure. D’entrée le jeu, les spectateurs massés à la "Spetz" ont pu voir deux formations se rendre coup pour coup. Si les Arlonais ont pris les commandes dans le premier quart-temps via Dejardin (18-13), les hommes de Bastien Gilain sont revenus dans le coup à la pause (28-26).

Après 25 minutes, Saint-Hubert a pris jusqu’à 10 points d’avance (31-41). Moment choisi par Michaël Clausse pour sortir de sa boîte. L’atypique ailier arlonais a enchaîné 8 points pour égaliser. En fin de partie, Clausse a récidivé à distance, imité par Tiberghien, pour éteindre le numéro de Nicolas Fraselle (21 points). Buffin a finalement parachevé le travail sur la ligne des lancers francs (64-62).

"La défense de Saint-Hubert était vraiment bien en place, ce fut une rencontre difficile, reconnait l’Arlonais Nicolas Buffin. Heureusement que Michaël nous a sorti du trou à 3 points avant le dernier acte. En fin de match, Saint-Hubert a commis beaucoup de fautes et généralement, c’est mon job de les convertir. Heureusement pour nous, c’est tombé en notre faveur."