Club historique de la province du Luxembourg, le "Léo" de Bastogne connaît des saisons difficiles depuis plusieurs années. Un renouveau se prépare en coulisses.

Bastogne, ses "Bambinis", son stade des Récollets, ses six années en division 3 nationale ainsi que ses nombreuses piges en promotion. L’histoire du Royal Léopold Club est probablement l’une des plus riches de la province du Luxembourg. Mais tout ceci remonte a bien longtemps. La réalité est dorénavant tout autre. Depuis trois années maintenant, les Bastognards mangent leur pain noir. Redescendu il y a deux ans en P2 sous la houlette de Pascal Lebrun, le club végète actuellement à une anonyme 11e place en championnat. Alors que personne ne se pressait au portillon pour reprendre la présidence d’un club aux soins intensifs, c’est Samuel Zune qui a décidé de relever le challenge il y a trois ans.

"J’étais déjà administrateur de l’ASBL avant de reprendre les rênes, p récise Samuel Zune . Il faut dire que je suis un commerçant de Bastogne et j’ai fait toutes mes classes au club avant d’y jouer de longues années. J’avais donc un sentiment de devoir envers ce club. La descente en 2e provinciale a vraiment été difficile. Bastogne vaut mieux que cela. Nous devons redorer son blason en le faisant redevenir une place forte du football luxembourgeois."

Des paroles qui font écho à une campagne de transferts XXL que réalise actuellement le club. Nicolas Labranche, Guillaume Gruslin et Baptiste Freid, trois joueurs de Longlier (D3 amateurs) ont décidé de lier leur destinée avec celle de leur club formateur. Les transferts de Grégory Girs (Habay, P1) et Pascal Macoir (Bercheux, P2) sont également actés. Un retour au bercail. "Ces transferts, je voulais les réaliser depuis un long moment, explique le président bastognard. Mais lorsque j’ai repris le club, la situation n’était pas propice pour les concrétiser. Maintenant, nous allons pouvoir nous montrer de nouveau ambitieux en visant la montée en P1 dans un futur très proche avant, je l’espère, d’y jouer les avant-postes."

Mais pour que tout ceci se réalise, le club doit avant tout se maintenir en P2. "C’est en effet la condition sine qua none. Mais j’ai bon espoir au vu des récents résultats. Il est clair que David Bouillenne [ NdlR : le coach actuel] restera à la tête de l’équipe l’an prochain. D’autres transferts ? Oui, il y en aura encore. Pascal Macoir ne sera pas le dernier."


Grégory Girs (futur transfert) : “Un beau projet”

“Le président m’avait déjà contacté en janvier dernier pour me faire part de ses intentions. J’ai directement été réceptif. D’autant plus que je suis toujours en contact avec Labranche, Gruslin et Freid, mes anciens coéquipiers à Longlier. Sans oublier que j’habite à Bastogne désormais. C’est un beau projet. Il faudra voir à quoi ressemblera l’équipe l’an prochain, mais c’est certain que les transferts sont de bon augure pour espérer de bons résultats.”