Après six ans de bons et loyaux services, Philippe Crespin a été remercié par Tilleur. Il évoluera à Warnant la saison prochaine.

Son tempérament de feu, sa fougue et sa hargne vont manquer aux Tilleuriens : viré il y a huit jours, Philippe Crespin ne jouera plus pour le compte du cercle de Buraufosse.

"Ma seule erreur est d’avoir dit, au début, que je restais, explique l’arrière gauche. Avec mes activités professionnelles et ma vie de famille, ma femme s’est souciée de ma prolongation, liée à trois séances par semaine. J’ai alors rencontré le staff et la direction afin de leur expliquer les raisons familiales qui me faisaient changer d’avis. La décision de Tilleur, je la comprends… à moitié."

N’aurait-il pas été indiqué d’achever la saison ensemble ? "Ils m’ont proposé de me supprimer une des trois séances hebdomadaires. Cette initiative m’a touché. Cependant, par rapport au groupe, je ne pouvais accepter cet avantage. J’ai donc décliné et le président l’a mal pris."

La faute à Warnant ? "Quand Mike Gray l’a sonné, il a cru qu’on avait déjà été en contact avant. Ce qui n’était pas le cas. J’avais le choix entre Aywaille, Huy et Warnant. Les projets sportifs des deux derniers étaient les plus alléchants. J’ai opté pour les Burettes pour deux raisons : le noyau sera compétitif et j’y connais beaucoup de joueurs comme Rossi, De Castris, Gonzatti, Papalino, Saglam… Mon acclimatation se fera vite."

Le défenseur, qui s’entretient seul, ne veut pas déblatérer contre Tilleur. "Buraufosse est mon jardin, j’adore ce stade. Puis, en six ans, j’ai gagné deux titres et de la maturité grâce au staff. Le club m’a fait grandir. Être remercié m’a touché. C’est ainsi, tant pis…"

Emmanuel Thyssen