Les Oies ont, comme la saison dernière, quitté la Coupe d’entrée. "Un accident de parcours."

Décidément, la coupe ne sourit pas aux Mosans !

Après avoir été éliminées à la suite d’une erreur de lecture de règlement (quatre changements opérés !) l’an dernier, voilà les Oies exclues de la même compétition dès leur entrée en matière. Cette contre-performance à Namur (montant en D2) a-t-elle de quoi inquiéter les nouveaux sociétaires de D1 amateurs ?

"S’inquiéter est peut-être un mot un peu fort, rétorque Christophe Nezer. Car rien n’est mal fait. Si l’on se base sur le jeu proposé chez les Merles, j’évoquerais plutôt un petit accident de parcours."

Alors que le milieu de terrain bannit tout coup de mou et toute fatigue liée à la préparation, il aborde un autre aspect.

"Ce qui nous a le plus fait défaut, ce sont les automatismes. On se cherchait, on ne savait pas toujours quelle solution choisir. Personne n’a réalisé ce que l’on attendait de lui, que ce soit en possession de balle ou en jeu sans ballon. Il est cependant encore prématuré de se tracasser à propos d’une telle prestation. Si elle devait se reproduire contre l’Olympic en ouverture de championnat, là il faudra se poser les bonnes questions !"

Cette élimination s’est matérialisée à la suite de deux phases arrêtées adverses transformées. "Sur deux corners, ce qui va évidemment nous obliger à travailler aussi ce secteur. C’est dommage d’encaisser sur de telles phases car, avec les frères Célestine et Bonemme, nous disposons de plus de gabarit que l’an dernier."

Réputée pour sa productivité offensive, la phalange mosane a aussi péché dans ce secteur. "Par rapport à ce que l’on a montré au tour final ou encore contre les Espoirs du Standard il y a peu (2-1), c’était insuffisant dimanche !"

Et si cette gifle servait de détonateur ? "Il est peut-être préférable de la subir maintenant plutôt que lors de l’entame de championnat comme ce fut le cas la saison dernière à la Raal. Elle nous permet aussi de savoir quoi travailler et nous contraindra à afficher, lors des amicaux, une concentration similaire à celle requise pour un match officiel !"