Vincent Clavier attend les images de la télévision pour comprendre la défaite de Belleflamme contre Neufchâteau samedi.

Belleflamme n’a plus gagné depuis le 19 octobre. Neufchâteau, son adversaire de samedi, n’était peut-être pas la victime idéale mais quand on compte jusqu’à 20 points d’avance et encore 16 à 3 minutes de la fin du temps réglementaire, on peut se mettre à rêver.

Pourtant, Belleflamme s’est fait rejoindre. Et dans la prolongation, il s’est incliné. "J’attends les images de RTC pour comprendre, dit Vincent Clavier. J’ai pris trois temps-morts dans le troisième quart-temps et si j’avais pu, j’en aurais pris deux de plus. Nous avons très bien joué pendant 37 minutes. Si on rejoue ce match 20 fois, on le gagne 20 fois. Mais ici, nous avons commis des erreurs de débutants. C’est vraiment dommage car les gars avaient très bien travaillé pendant les vacances et ils méritaient une récompense."

Belleflamme, qui avait débuté par un quatre sur six, va maintenant disputer quatre derbies, entrecoupés par les demi-finales de la Coupe AWBB contre Anderlecht.

"Je pense que le maintien va se jouer entre Vilvorde, Esneux, Aarschot et nous, dit Clavier. Quelque part, quatre victoires à mi-course, c’est logique : nous ne nous sommes pas renforcés et ne le ferons pas. Notre structure reste limitée. C’est moi qui monte la salle avant les matchs. Nous n’avons pas de vidéo et deux de nos joueurs ne s’entrainent qu’une fois par semaine. Tout ce que nous pouvons tenter, c’est une troisième séance. Je vais encore le proposer mais il faut que j’aie au moins deux fois les pivots, sinon ça ne sert à rien."