Le gardien du Futsal Team de Charleroi veut saisir sa chance en D1.

La saison dernière, en raison de la blessure de Gil Claus, la Belgique découvrait un nouveau talent. Celui de Moustafa Idrissi. Un gardien pas comme les autres qui adorait se la jouer à la Manuel Neuer. Le fait d'utiliser l'imparfait dans la phrase précédente n'est pas anodin, explication avec l'intéressé.

Moustafa Idrissi, quel a été votre sentiment, lorsque Charleroi vous a confié une place de titulaire ?
"J'étais heureux. C'était la volonté du président. Il m'a accordé sa confiance. Je fais le maximum pour la lui rendre."

A 23 ans, on ne vous connaissait pas forcément en Belgique ?
"J'ai joué à la Ligue. Grâce à cela, j'ai été sélectionné avec l'équipe nationale du Maroc. J'ai rencontré la France. Faches m'a repéré. J'ai pu évoluer deux saisons en D1, chez nos voisins."

Comment êtes-vous arrivé à Charleroi ?
"Avec la blessure de Gil, le club avait besoin d'un gardien. J'ai eu la chance de jouer quelques tournois avec Karim, Charif ou encore Saad. Ils ont parlé de moi au club."

C'est énorme d'être aussi rapidement titulaire à la Garenne...
"Il y a trois grands clubs en Belgique : Charleroi, Gooik et Anvers. Je mesure ma chance. Je sais qu'il y a de la pression mais j'aime cela."

Vous ne jouez plus au pied...
"Zico m'a bien expliqué que je devais évoluer sur ma ligne. Je suis un gardien. Je n'évolue pas au poste de libéro."

L'équipe se rend à Jette, ce vendredi...
"C'est à deux rues de chez moi. Je connais bien la salle. Je ne l'aime pas. Elle accroche et elle est petite. Par contre, je vais pouvoir compter sur tout le soutien du quartier. Ça va me faire plaisir."