Comme il l’a encore fait ce samedi après avoir converti un penalty contre Durbuy, Melvin Renquin fête ses buts par un salto digne des meilleurs gymnastes. 

Pourtant, le Nordiste a appris la technique sur le tas.

"Ca m’est venu quand j’étais beaucoup plus jeune, vers 12 ou 13 ans. J’ai toujours trouvé ça beau et Djibril Cisse était celui qui se distinguait le plus dans ce domaine. Quand vous êtes gamin, vous n’avez pas conscience du danger mais si j’ai eu peur de le faire, c’était peut-être seulement la première fois. Maintenant, je n’ai plus peur. Dimanche ? Si j’ai la chance de marquer, je pense que je ne vais pas célébrer le but. Par respect pour le club et pour mes amis qui jouent encore en face."