Un Molenbeek très mou s’est incliné à Liège. Mais la note aurait pu être plus salée.

C’est un véritable coup d’arrêt qu’a connu le RWDM dans la Cité ardente. Presque inexistants durant les nonante minutes, les hommes de Frédérik Vanderbiest ont dû faire face à un RFC Liège qui semble s’être réveillé.

Pourtant, Molenbeek était poussé par des supporters qui, peu nombreux, ont chanté et fait du bruit tout le match en répondant à ceux du RFC Liège. Presque de quoi faire oublier la pluie.

Pourtant, imprecis dès l’entame du match, les visiteurs semblaient perdus et ne parvenaient pas à remporter de duel. "Nous avons oublié d’être un peu agressifs. Venir à Liège avec cet état d’esprit, c’est laborieux", déclarait le T1.

Effectivement, le RWDM n’avait qu’une réelle occasion en première période et subissait. "Si le score avait été de 2-0 à la pause, nous n’aurions rien eu à dire. Nous ne réalisions pas trois passes d’affilée."

Le seul but de la partie est tombé à l’heure de jeu sur un corner de d’Ostilio qui a trouvé la tête de l’attaquant liégeois, Bangoura. "Nous manquions cruellement d’envie, c’est inacceptable. Pourtant, c’est toujours agréable de venir à Liège mais nous sommes trop gentils dans le milieu de terrain", poursuivait l’entraîneur.

Y a-t-il une recette magique ? "Il faut travailler collectivement et avec envie. Le talent technique vient seulement après. Quand je leur demande s’ils ne comprennent pas quelque chose quand je leur explique, ils n’ont jamais de question."

Cependant le six sur dix-huit actuel ne semble pas inquiétant outre mesure. "Il est clair que ce n’est pas assez au vu des joueurs que nous avons sur papier. Mais nous ne pouvons pas encore parler de crise car nous sommes dans une année de transition. Le seul problème, c’est que pour l’instant elle est négative alors qu’elle devrait être positive."

Les Molenbeekois devront se racheter face à Dessel, défait 2-1 à Winkel, samedi prochain à domicile.

Patience, patience…

Tout vient à point à qui sait attendre… Le RWDM s’est probablement montré trop pressé. Anthony Bova n’a pas eu beaucoup l’occasion de s’exprimer durant le match et a quitté la pelouse à l’heure de jeu.

Comme son entraîneur, il ne comprend pas trop où le bât blesse. “Nous étions nettement moins bien que la semaine dernière. Après la victoire face à Heist, nous pensions que c’était bien parti. Et pourtant, aujourd’hui, nous ne passons pas loin. Peut-être que nous n’avons pas été assez patients et que nous n’avons pas su gérer. Nous devons continuer à travailler les automatismes car si nous n’arrivons pas à enchaîner trois passes et à gagner des deuxièmes ballons, c’est qu’il y a un problème”, expliquait le joueur, vraiment déçu.

Le RWDM s’est créé très peu d’occasions : 2 concrètes, à peine. Vercauteren, seul au second poteau, envoyait le ballon à côté. En toute fin de match, Dequevy tentait une pichenette mais le gardien adverse, Kevin Debaty, sortait le grand jeu. “Certes, nous avons eu une belle occasion mais tout ne peut pas reposer là-dessus.”

Il est vrai que les visiteurs semblaient perdus sur l’étroit synthétique de Liège. Mais l’envie y était-elle vraiment ? “Je ne sais pas. En tout cas, nos adverses ont pris le dessus à ce niveau-là.”

De quoi motiver le maigre six sur dix-huit de ce début de la saison ? “C’est certain que ça pourrait être une explication. Nous avons eu un calendrier assez compliqué jusqu’à présent mais ça ne peut pas tout justifier.”