Les Molenbeekois n’ont encaissé que deux buts en 2019.

"Qui ne saute pas n’est pas Bruxellois !", le vestiaire des visiteurs était envahi d’une joie indicible avant que l’entrée de Thierry Dailly ne fasse à son tour l’objet d’un refrain tout aussi endiablé.

Le président molenbeekois était heureux de la prestation des siens, à l’issue d’une rencontre compliquée à maîtriser, et pas uniquement en raison de l’urgent besoin de points de l’adversaire : "La météo était exécrable pour tenter de développer un jeu de qualité mais mes garçons se sont parfaitement adaptés aux circonstances, en étant tous habités par un esprit d’équipe qui faisait vraiment plaisir à voir. Cette solidarité va, je l’espère, nous être précieuse pour bien négocier la dernière ligne droite."

Avoir su garder le zéro derrière était aussi un motif de satisfaction pour celui qui avait dîné sous le cossu chapiteau knokkois, au côté de Jean-Marie Pfaff : "Une étanchéité défensive qui est aussi le fruit d’un état d’esprit révélateur. Cela dit, nous aurions pu achever la besogne en première période, sans devoir attendre le temps additionnel. Ne tirons pas de plans sur la comète. Nous allons prendre un à un les neuf matchs restants, en espérant que les choses continuent à bien se mettre en place."

Les bas de pantalon maculés de boue pour avoir été partager la joie des supporters, le coach Drazen Brncic soulignait aussi la marge de progression de ses ouailles : "Nous ne sommes pas encore au maximum de nos possibilités. Il y a eu un peu de déchet dans nos passes mais c’était dû en partie à l’état du terrain. Un match piège nous attendait et c’est un peu la caractéristique de cette série. Dans un bon jour, tout le monde peut battre tout le monde. Le plus important, c’est notre stabilité défensive à partir de laquelle nous nous efforçons de nous améliorer. Je ne suis pas obnubilé par le classement mais plutôt soucieux de voir l’équipe grandir…"