La mayonnaise doit prendre au FBI avec les jeunes et le nouvel assistant Van Peteghem.

Actif professionnellement dans l’événementiel et les stages sportifs, Olivier Goossens en plus d’être le coach-président de Friendly Bulls Ixelles (R2) est depuis la saison passée le responsable de l’animation au Spirou Charleroi. Comment jongler avec toutes ces casquettes ?

"Marc Van Peteghem a assuré les entraînements jusqu’au 18 août. Et puis je suis revenu et je n’ai plus rien loupé jusqu’à la semaine passée où j’ai accompagné le Spirou à un stage en Espagne", énumère Olivier Goossens. Un président qui a misé sur le métier et la science de Van Peteghem, un coach qui connaît bien la musique. "On doit s’habituer à travailler ensemble et on a chacun son caractère", observe le président ixellois. "Mais on partage la même vision du basket, à savoir il faut de la structure, une bonne organisation et tout doit partir très vite au départ d’une grosse défense."

L’effectif bruxellois a été considérablement rajeuni à l’intersaison. Il ne manque pas de talent mais l’expérience lui a fait défaut pour remporter la mise face à Natoye (61-65) lors de la première journée.

"On a des bons joueurs mais pas de vedettes comme les saisons passées", observe le nouvel assistant Marc Van Peteghem. "En dehors de mon fils Ken, on a un effectif très jeune, même au niveau des Seniors. On manque actuellement de maturité et de stabilité émotionnelle, cela s’en ressent au niveau de la gestion du match, du rythme et de la tactique à utiliser aux moments clés. On est en phase d’apprentissage."

Ce constat, le coach-président Olivier Goossens, l’a fait aussi : "On a un groupe rajeuni, sans nom ronflant. On m’a reproché certaines saisons d’avoir trop parlé en affichant nos ambitions. Je ne donne pas d’objectif pour cette saison. Je remarque que la série est très costaude avec Flénu’9 et Aubel ainsi que Jette et le Canter qui veulent les playoffs. On va prendre match par match avec l’idée que l’équipe doit être en forme et avoir progressé pour le second tour." Vu les absences des Seniors Abwao, Smekens et Troch (sur un groupe de 9 Seniors qui est aussi aidé par 5 U21), le FBI va prochainement se renforcer.


Van Peteghem dans un rôle nouveau

Même quand on a les initiales (MVP) les plus connues du basket brabançon et qu’on possède l’expertise qui est la sienne, il n’est jamais aisé de passer de coach principal à assistant. “Olivier et moi, on n’est pas encore tous les deux au point pendant les matchs, observe Marc Van Peteghem. Je n’ai pas encore trouvé le moyen d’apporter quelque chose dans la peau de l’assistant. Je dois m’habituer à ce rôle et me dire que je ne suis plus le coach en bord de terrain. Deux gars qui interviennent pour donner des consignes, cela fait du brouhaha”, explique le coach expérimenté qui a œuvré de longues années en P1 et en Régionale. “Olivier et moi, on se connait depuis longtemps. Je l’ai même coaché quand il jouait à Koekelberg. Par la suite, quand il a lancé le FBI qui s’est bien développé grâce à lui, on se croisait souvent. Puis, j’ai participé à ses stages en Espagne. Je l’assiste maintenant avec la R2 et je m’occupe des U18. Le but est de fournir à terme le team U21 qui alimente lui-même la Régionale.”