Sébastien Dumont a quitté l’Axis Guibertin le temps de la Golden League avec les Red Dragons.

Certes, ce n’est que l’équipe B, en attendant le retour des titulaires. N’empêche, l’Axis Guibertin est représenté au sein des Red Dragons qui disputent la Golden League en ce moment.

Arrivé en Turquie ce mardi après-midi, Sébastien Dumont en profite un maximum. Le libéro de Mont-Saint-Guibert a retrouvé une place qu’il avait déjà tenue il y a deux ans. "C’était à l’époque la World League qu’on disputait", se souvient-il.

À l’époque, il portait les couleurs de Maaseik, champion de Belgique en titre. Prolongé à Guibertin, son statut est désormais celui d’un titulaire… en Ligue B. "Je crois que le sélectionneur (NdlR : Brecht Van Kerkhove, ancien adjoint de Filip Van der Bracht à Guibertin) m’a repris parce qu’il voulait aussi tester et voir d’autres joueurs. Et puis, j’ai fait une saison régulière à Guibertin. Il y a deux ans, j’avais déjà fait, à mon sens, du bon travail. J’avoue que j’étais à nouveau content d’être repris."

À ces côtés, pas (encore) de traces de François Lecat, l’autre pépite de Guibertin partie depuis longtemps tenter sa chance à l’étranger. Alors que les titulaires en sélection devraient revenir bientôt, Sébastien Dumont découvre de nouveaux joueurs. "Je les connaissais un peu tous puisque ce sont des gars qui évoluent en Belgique. Ça permet surtout de faire un peu plus connaissance. Après, je m’écarterai. Je m’y attendais. Le rythme que j’ai pris en club ne me permettra pas de rivaliser avec mes compatriotes pro à l’étranger."

Après la parenthèse des Red Dragons, Sébastien Dumont reprendra le chemin du Hall Jean Moisse où l’attend une nouvelle saison à Guibertin, en Ligue B donc. "Je n’ai pas de regret d’avoir prolongé même si c’est pour la Ligue B. Avec le recul, c’est peut-être lors de mon retour à Guibertin que j’aurais peut-être dû faire un autre choix. J’avais eu des contacts avec un club allemand. Mais pour ma copine, je voyais plutôt la France ou la Belgique. Et puis à Guibertin, c’était plus proche de ma famille et je connaissais déjà la structure."