Le Brainois a débuté sa deuxième saison en Supersport.

Loris Cresson a débuté sa deuxième saison en Supersport. Toujours au sein de l’écurie Kallio Racing, il a commencé le championnat par une première apparition dans le top 10, de quoi confirmer qu’il faudra le tenir à l’œil en 2019. Mais du haut de ses 20 ans à peine, le Brainois sait qu’il doit encore travailler et progresser s’il veut aller titiller les meilleurs.

Comment s’est déroulée votre première course ?

"Les essais ont été assez compliqués. On a manqué un peu de communication dans l’équipe, mais tout devrait s’arranger pour la Thaïlande. Malgré tout, je suis assez satisfait de ce premier top 10, surtout en partant de la 19e place sur la grille de départ."

La prochaine course aura lieu ce week-end en Thaïlande. Quel sera votre objectif ?

"Mon principal objectif sera d’être à nouveau dans les dix premiers."

Qu’attendez-vous de cette deuxième saison ?

"Je veux avant tout continuer à progresser et me situer le plus à l’avant possible. L’objectif final est de terminer le championnat entre la 5e et la 8e places."

Après des débuts prometteurs, peut-on parler de saison de la confirmation ?

"Il est trop tôt pour parler de confirmation. N’oublions pas qu’il ne s’agit que de ma deuxième saison complète et que je n’ai que 20 ans. Dans ce championnat, je me frotte à des pilotes généralement âgés entre 25 et 33 ans dont beaucoup sont déjà champions du monde. Je ne suis encore qu’un jeune pilote sur le circuit et je dois passer un cap pour être dans le top 10 lors de chaque course. Cette année, je compte me servir de l’expérience acquise au cours de la saison dernière. Je partirai avec l’avantage de connaître les circuits."

Monter sur le podium est-il déjà possible ?

"C’est dans un coin de ma tête. Maintenant, je ne veux pas me mettre cette pression de devoir y être absolument. Mais en fonction de l’évolution de la saison, je pense que sur certaines courses, je pourrais en être proche."


Le soutien de ses proches

Sur la route une bonne partie de l’année, Loris Cresson peut compter sur le soutien de ses proches pour appréhender au mieux sa vie de pilote. “Mon entourage est derrière moi, que ce soit ma famille ou les amis proches. Ça me fait plaisir de savoir que dans les meilleures courses ou les moins bonnes, il y a toujours ce même groupe de personnes qui me soutient.”

Son parcours peut néanmoins susciter aussi de la jalousie. “Comme toute personne qui arrive à un moment au haut niveau, il y a des jaloux. Ce qui est le plus dommage, c’est la jalousie d’autres sportifs envers tout ça.”