Parti en Corée du sud cinq jours plus tôt que les dix autres membres de la délégation belge, Logan Vanhuys sera le premier de nos représentants en lice aux championnats du monde. Le Mouscronnois de 22 ans se jettera, en effet, à l'eau dès ce mardi 16 juillet (1h00 du matin, dans la nuit de lundi à mardi, en Belgique) pour l'épreuve du 10 km.

Avec, en tête, un seul véritable objectif dans la baie de Yeosu. « Figurer dans le top 10 afin de me qualifier pour les Jeux olympiques de Tokyo et ne pas devoir attendre 2020 pour décrocher mon billet pour le Japon», indique-t-il.

Convenons-en : le scénario serait idéal pour Logan Vanhuys, qui s'est lancé dans cette discipline terriblement exigeante il y a deux ans et qui, après une 13e place mondiale sur 5 km à Budapest et une 19e place européenne à Glasgow dans des circonstances mouvementées, espère bien avoir franchi un cap. Sa préparation, assure-t-il, a, en tout cas, été meilleure que l'an dernier même s'il a connu un début d'année difficile après avoir perdu son partenaire d'entraînement. De quoi entamer sa propre motivation pendant quelque temps avant de repartir de l'avant. 

« Au mois de mai dernier, j'ai fait un stage chez Philippe Lucas qui m'a été profitable », explique-t-il. « C'était dur mais les conditions de travail étaient plus agréables, avec d'autres nageurs pour m'accompagner pendant les séances. »

Sa très belle 5e place lors de la Coupe du monde de Setubal a, en tout cas, constitué un solide adjuvant pour ce nageur solitaire qui s'était aussi classé 9e à Doha, puis 10e et 9e lors des manches de Coupe d'Europe à Eilat et à Brive-la-Gaillarde. 

Ce mardi, l'enjeu de sa course sera, bien sûr, autrement plus important dans la mesure où les occasion de se qualifier pour les Jeux sont rares en eau libre et Logan Vanhuys en est bien conscient. « Franchement, je me sens très bien et j'ai hâte d'entrer en compétition ! » dit-il. « Il fait relativement chaud, avec une eau à plus de 20°C, et c'est un paramètre que je devrai bien gérer. Quant à la tactique, je l'affinerai en fonction des circonstances. Le plus important est de décrocher ce fameux top 10.»