Après l'abandon sur blessure de Jorre Verstraeten, Charline Van Snick et Anne-Sophie Jura se sont inclinées, respectivement face à la Brésilienne Valentim et à la Française Clément...

Mauvaise journée pour les judokas belges engagés, ce samedi, à Paris, et drôle d'ambiance à la sortie des tatamis avec une Charline Van Snick, épuisée par un combat de plus de dix minutes, une Anne-Sophie Jura, revenue de la salle d'échauffement malgré tout souriante. Et, auparavant, un Jorre Verstraeten grimaçant de douleur suite à une blessure à la hanche que le Louvaniste s'est occasionné dès son entrée en lice, face à l'Israélien Ben David.

Contraint à l'abandon pour la première fois de sa carrière, Jorre n'en revenait pas de l'issue de ce combat alors qu'il se sentait en forme à l'échauffement.

« Sur un mouvement, je suis retombé et ma hanche droite a heurté la sienne. Sur le coup, j'ai ressenti une violente douleur, mais j'ai quand même tenté de continuer. Je ne pouvais plus vraiment bouger et encore moins attaquer. Dès lors, l'Israélien a attendu que je me résigne. Mais c'est Cédric Taymans qui m'a dit d'arrêter parce qu'il sait que je ne l'aurais pas décidé moi-même. C'est la première fois que ça m'arrive et il faut que ce soit ici ! »

Allongée sur le sol, froid, pendant de longues minutes, Charline avait, elle, du mal à trouver les mots pour expliquer sa défaite face à la Brésilienne Valentim.

« J'ai tout donné, mais il faut croire que ce n'était pas assez. Je me sentais bien en début de combat. J'étais concentrée. Je savais que ce face-à-face serait serré. Je ne suis pas parvenue à la renverser. Puis, au fur et à mesure de la prolongation, les forces ont commencé à me manquer. J'ai souffert avec mon régime. J'étais bloquée à trois kilos... »

Trois kilos au-dessus des -52 kg qui ont contraint Charline à ne plus s'alimenter au cours des trois derniers jours avant ce prestigieux rendez-vous parisien.

Si elle était relativement souriante, c'est qu'Anne-So avait, pour sa part, pris le temps de digérer sa défaite, avec les honneurs, face à la Française Clément.

« J'ai retrouvé mes sensations sur le tatami ! Et j'ai donné le meilleur de moi-même. Je suis, bien sûr, déçue du résultat du combat, mais pas de la manière. Et c'est un peu ce que j'étais venue chercher. Retrouver la confiance, le plaisir. Je ne me suis pas laissée déconcentrer par le public français qui cherchait à influencer l'arbitre... »

En conclusion, si la journée de nos compatriotes s'est terminée plutôt que prévu, il y a, pour chacun d'eux, des enseignements à tirer pour la suite !