Rudy Lahor, le chef de mission, dresse un bilan positif à l’issue de l’édition 2019.

Au lendemain d’une cérémonie de clôture où le décathlonien Jente Hauttekeete fut son porte-drapeau, la délégation belge présente à Bakou pour le Festival olympique de la Jeunesse européenne est rentrée en Belgique ce dimanche. Avec, dans ses valises, sept médailles réparties entre l’argent (5) et le bronze (2). Seul l’or aura donc fait défaut, et c’est là la grande différence avec le bilan des nôtres en 2017 à Györ (7 médailles dont 5 en or !).

Ce samedi, les volleyeurs belges se sont inclinés en finale du tournoi face à l’Italie (3 sets à 0), décrochant la dernière médaille belge de la compétition. Les autres médaillés d’argent sont Robbe Demets en -55 kg en judo, la nageuse Roos Vanotterdijk sur 100 m papillon, Liefde Schoemaker sur 400 m en athlétisme et Jente Hauttekeete en décathlon.

Un autre athlète, Jules Vanlangenaker, a pris le bronze à la perche et Céline Dierickx a décroché le même métal en judo (-48 kg). "Nous pouvons être contents, parce que déjà nous nous sommes illustrés dans différents sports", estime le chef de mission, Rudy Lahor. "Le bilan est certainement positif ! Dans les épreuves collectives, outre le volley, il y a la 5e place en basket chez les filles. Cela compte au FOJE. Le judo et l’athlétisme ont démontré que la Belgique occupe une place au sommet européen dans les catégories d’âge. C’est le cas aussi en gymnastique par exemple, en tennis ou en cyclisme. La plus belle surprise vient de Roos Vanotterdijk…"