Le jury du Trophée National Victor Boin a rendu public le nom du lauréat de l’édition 2018. La skieuse et médaillée paralympique Eléonor Sana recevra son trophée en mars 2019. Son club (Embarquement immédiat) sera aussi honoré. La remise se déroulera au Sportimonium, dans le centre Sport Vlaanderen d’Hofstade (Zemst).

Le trophée, qui ne peut être remporté qu’une fois durant la carrière d’un(e) athlète, a été remis pour la première fois en 1974 et récompense chaque année un(e) athlète paralympique pour ses prestations durant l’année écoulée et/ou pour sa carrière et son rôle au sein du Mouvement Paralympique. Le trophée porte le nom de l’ancien président du Comité Olympique et Interfédéral Belge, Victor Boin, qui œuvra pour le développement du Mouvement Paralympique dans notre pays.

Une performance historique

Eléonor Sana n’est plus vraiment à présenter… Malgré son jeune âge (21 ans), l’athlète a marqué toute la population belge lorsqu’elle a remporté en mars dernier la première médaille féminine belge aux Jeux Paralympiques d’hiver. Déficiente visuelle, Eléonor Sana était guidée par sa sœur Chloé Sana. Le duo s’est emparé à PyeongChang de la médaille de bronze lors de la très impressionnante épreuve de la descente (downhill).

Originaire du Brabant Wallon (Court-Saint-Etienne) Eléonor Sana pratiquait d’abord la gymnastique en compétition. Désireuse de pratiquer une activité adaptée aux déficients visuels, elle se dirige vers le ski alpin. Sa sœur, Chloé Sana, la guide dès leur première saison de compétition, en 2014. Encadré par la Ligue Handisport Francophone, le duo se consacre pleinement à ce projet sportif avec très rapidement en ligne de mire les Jeux Paralympiques de PyeongChang 2018 comme objectif principal. Début 2017, les deux sœurs s’illustrent aux Championnats du monde, remportant l’argent en Super-G et le bronze lors de la descente. L’ambition pour une médaille paralympique devient alors tangible… Une ambition qui se concrétise donc le 10 mars 2018 à PyeongChang.

La médaille de bronze des Sana est historique pour la Belgique. Il s’agit de la deuxième médaille de l’histoire de notre pays aux Jeux Paralympiques d’hiver après celle (en bronze également) de Willy Mercier aux Jeux de Lillehammer en 1994… La médaille des Sana est surtout la première féminine belge aux Jeux Paralympiques d’hiver.

Quelques mois après les Jeux de PyeongChang Eléonor Sana a annoncé qu’elle arrêtait le handiski en compétition pour entamer des études supérieures et se consacrer à une « vie plus normale».

"Eléonor Sana mérite amplement cette récompense. Sa performance aux Jeux de PyeongChang, qui a été l’aboutissement d’un long travail, a constitué un moment très important dans l’histoire de notre mouvement", déclare Anne d’Ieteren, Présidente du Belgian Paralympic Committee et Vice-Présidente du jury du Trophée National Victor Boin. "La jeunesse d’Eléonor, son type de handicap et son sport (qui ne fait pas partie des sports les plus pratiqués en Belgique) montrent toute la diversité du mouvement paralympique belge et sa volonté d’évolution vers encore plus de pratiquants, et encore plus d’exploits dans le futur !"

"Eléonor Sana est une lauréate unique à de nombreux égards", confie Denis Jaeken, ex-Président du BPC et Président du jury. "La liste des lauréats du Trophée ne comprend que trois athlètes en situation de handicap visuel. Mais Eléonor Sana est surtout la première lauréate a exercé un sport d'hiver. Nous tenons également à souligner l'importance de sa collaboration avec sa guide et soeur Chloé, qui sera récompensée avec elle."