Une demi-finale de Coupe du monde remportée 6-0 n'est pas chose courante en hockey.

C'est pourtant ce que les Red Lions ont réussi samedi contre l'Angleterre dans la première demi-finale du Mondial indien, qui se déroule jusque dimanche à Bhubaneswar. Shane McLeod, l'entraîneur de la Belgique se montrait bien évidemment satisfait, mais aussi très ému.

"Ce fut une journée très dure mentalement avec le décès du papa de Simon Gougnard. Le groupe était au courant que cela pouvait arriver en cours de tournoi, mais cela reste un moment très très triste pour tous", a confié le coach néo-zélandais.

"Ce match était assez différent de celui de l'Allemagne. Ici, on a dû prendre nos responsabilités d'emblée. Tactiquement notre approche fut parfaite contre les Allemands et les gars ont réussi à en faire de même: garder leurs structures défensive et offensive durant toute la partie", a expliqué McLeod.

Avec deux buts en première mi-temps, les espaces se sont ouverts après le repos, les Belges ont empilé quatre goals supplémentaires. "On a reçu de plus en plus de liberté en défense pour réaliser de longues passes et casser les lignes. Avec les deux Arthur (De Sloover et Van Doren, ndlr) nous possédons deux très bons joueurs dans ce style de jeu. Ils sont très importants et de parfaits exemples sur le terrain", ajoute-t-il.

Aux questions des journalistes indiens qui lui demandaient si d'autres joueurs allaient succéder à cette génération dorée, McLeod a répondu par l'affirmative. "La fédération a beaucoup investi dans l'encadrement des équipes de jeunes, avec des entraîneurs de grande qualité. C'est une garantie de travailler dans la continuité et poursuivre notre route."

Dimanche, pour la quête du sacre planétaire, les Red Lions vont affronter soit les Pays-Bas, 4e nation mondiale, soit l'Australie, double tenante du titre et N.1 mondiale.

"Peu importe qui ce sera. Mes gars jouent vraiment bien. On arrive à un stade où ce sera inévitablement dur", a ponctué McLeod.


Victor Wegnez: "On s'est basé sur les mêmes fondements que contre l'Allemagne"

Virevoltant en milieu de terrain, Victor Wegnez fut à l'origine de la construction de premier but des Red Lions face à l'Angleterre. "Non je ne m'attendais pas un aussi large succès", a commenté le jeune Molenbeekois de 22 ans. "On est resté sur les mêmes fondements employés contre l'Allemagne, c'est à dire penser d'abord à défendre et puis attaquer en contre." "Ce ne fut que du bonus ce soir. On a marqué tous nos penalty corner, nos attaquants ont marqué et on n'a pas pris de but. Ce fut un match parfait de la Belgique", a encore ajouté le joueur du Racing, qui a pris à son compte le centre de l'entre-jeu depuis le forfait de John-John Dohmen.

Le capitaine Thomas Briels était lui aussi surpris de cette aussi large victoire. "Effectivement on ne s'attend pas à cela en demi-finales d'une Coupe du monde. On a beaucoup travaillé défensivement en première mi-temps. Les espaces chez eux se sont ouverts en deuxième période, nous permettant d'inscire quelques buts de format mondial et d'inscrire nos penalty corners au bon moment."

Comme tous les joueurs et le staff, lui aussi était particulièrement touché par la disparition du papa de Simon Gougnard la nuit précédant la demie. "Nous avons été toute la journée en pensée avec Simon et sa famille. Cette victoire lui est bien sûr dédiée", a ajouté Briels. "On savait que ce serait très dur pour Simon et il a quand même fait un match fantastique. Cela montre à quel point c'est un joueur incroyable et un homme incroyable", a conclu Wegnez.