Le Belge nous a fait vibrer et signe son meilleur début de saison

Il aura fallu attendre l'arrivée de la toute dernière spéciale pour connaître le verdict du Rallye Monte-Carlo le plus disputé de l'histoire. Un suspense incroyable avec un Thierry Neuville revenu à 4 dixièmes de Sébastien Ogier à l'issue du second passage dans le Turini et donc avant l'ultime Power Stage.

Hélas, cette fois le pilote Hyundai n'est pas arrivé à ses fins et a dû s'incliner d'1.8 dans la dernière spéciale, son retard final étant de 2.2.

« C'est toujours un peu râlant d'être battu de si peu, surtout pour une victoire à Monte-Carlo. Mais j'ai dû tout donné aujourd'hui et je n'ai pas de regret. Ok, j'ai fait une faute vendredi qui m'a coûté une petite vingtaine de secondes mais j'avais aussi eu beaucoup de chance avec l'annulation de la première spéciale matinale. Donc cela a compensé. Bravo à Sébastien et Julien. Cela a été une bonne bataille. De nôtre côté, c'est notre meilleur résultat à Monte-Carlo et donc notre meilleur début de saison. On ne devra par ailleurs pas ouvrir la route le vendredi lors de la prochaine manche en Suède ce qui est une bonne chose. »

Bravo en tout cas à nos représentants qui nous ont fait vibrer durant quatre jours.

Sous pression, Sébastien Ogier pouvait lui enfin décompresser et fêter sa 7e victoire monégasque (il égale le record de Loeb), sa sixième consécutive, la première pour son nouvel employeur Citroën. « C'est fantastique, je suis vraiment très heureux car j'adore ce rallye et c'est certainement celui que je veux gagner le plus, » expliquait celui qui a égalé un tout vieux record de Walter Rohrl en s'imposant avec une quatrième marque différente (Peugeot, VW, Ford et maintenant Citroën). « Cela a été très intense avec Thierry qui m'a opposé une énorme résistance. Je n'ai pas eu facile lors des dernières spéciales car depuis l'ES14 j'avais des petits soucis d'accélérateur qui restait bloqué lors de certains freinages et poussait donc la voiture. C'était d'autant plus délicat que cela n'arrivait pas tout le temps. Enfin, on est là, on l'a fait encore une fois. On ne pouvait pas rêver de mieux débuter notre nouvelle collaboration. »

Ott Tanak complète le podium final et aurait certainement pu se mêler à la lutte (voire gagner) sans une crevaison lui coûtant plus de 2' vendredi. Kris Meeke a prouvé à Toyota qu'ils avaient bien fait de lui redonner une chance en terminant 6e et en signant son premier scratch pour Toyota dans la Power Stage.

Belle performance également de Sébastien Loeb, quatrième devant Jari-Matti Latvala pour ses débuts avec Hyundai.

Pas de chance par contre pour les jeunes Belges Grégoire Munster et Guillaume de Mevius, tous les deux tombés dans un des nombreux pièges de ce Monte-Carlo alors qu'ils avaient jusque-là plutôt fait très bonne impression. Partie remise pour tous les Belges.