Le Belge continue à grappiller et inquiète le pilote Citroën se plaignant d'un « petit problème »...

Auteur à deux reprises du deuxième chrono derrière la Toyota d'un Ott Tanak alignant son sixième scratch consécutif (et récupérant la 3e marche du podium perdu suite à une crevaison face à un Seb Loeb et un Jari-Matti Latvala totalement impuissants), Thierry Neuville continue à reprendre dixième après dixième sur son grand rival français.

Alors qu'il reste 2 spéciales et 32 km à parcourir, l'écart est passé à 3.2 secondes. Thierry doit donc reprendre en moyenne un dixième au kilomètre pour espérer s'imposer cet après-midi. Mais ce sera difficile car le terrain totalement sec convient mieux à la Citroën du Français de plus en plus rouge aux arrivées et commençant à grimacer.

« C'est difficile, » a-t-il confié à l'arrivée de l'ES14 après avoir concédé un dixième à notre compatriote. « La voiture n'est pas à 100%. On a un petit problème... »

Il refusera d'en dire plus. Info ou intox ? Allez savoir mais une chose est certaine : il n'y a pas d'assistance avant les deux dernières spéciales programmées à 10h55 et 12h18.

Thierry, c'est de bonne guerre, se plaignait aussi à l'arrivée de l'ES14 alors qu'il n'a pourtant concédé que 7 dixièmes à Tanak et explosé son chrono de l'an dernier sur la même spéciale : « J'ai trop dû jouer avec la programmation du moteur sur les petites portions de glace et j'ai perdu les freins. »

Là aussi il y a sûrement un peu d'intox. Le message qu'il veut envoyer à Ogier est clair : « Je peux encore aller plus vite et je ne vais pas baisser les bras. »

Le suspense est total et le prochain passage au Turini sera déterminant. Rappelons que ce matin, Thierry comptait 2.7 d'avance au passage du Col mais a ensuite perdu 1.7 dans la descente.

L'écart creusé (20 secondes en deux spéciales) avec un Seb Loeb avouant « ne pas pouvoir aller plus vite » en dit long sur l'attaque du Belge qui ne lâchera rien jusqu'au dernier virage.

Après Grégoire Munster hier, c'est Guillaume de Mevius qui est malheureusement sorti de la route ce matin dans l'ES14 dans un virage qui se referme. L'équipage est indemne. Il n'en reste pas moins que nos deux espoirs auront eu l'occasion de montrer de belles choses.

A noter que la Power Stage pourra être suivie sur la RTBF à partir de 12h15.


Neuville reprend une seconde à Ogier

Trois secondes d'écart à trois spéciales de l'arrivée à Monaco.

La bataille a repris ce matin sur les routes du Monte-Carlo. Lors du premier passage au col de Turini, Ott Tanak a signé son sixième scratch, le cinquième consécutif, l'Estonien revenant ainsi à 5.7 de la 3e marche du podium auquel tente de s'accrocher Sébastien Loeb.

« La route est sèche, mais les pneus tendres ont du mal à chauffer et j'ai été victime de beaucoup de sousvirage, » expliquait le pilote Toyota en mode « full attack », son équipier Kris Meeke, isolé à la 6e place, préférant lui économiser ses pneus pour la « Power Stage » de cet après-midi.

Mais c'est bien sûr surtout à la lutte pour la victoire que l'on s'intéresse. Sur la montée du Col de Turini, Thierry Neuville avait repris 2.7 secondes à Seb Ogier, mais il en a, hélas, reperdu 1.7 dans la descente. « Les pneus ont surchauffé trop vite et je n'ai pas été assez vite dans les derniers virages rapides, » expliquait notre compatriote néanmoins auteur du 2e chrono à 1.9 de Tanak.

Ogier a mis au final une seconde de plus que lui pour parcourir les 18,41 km ce qui signifie que son avance est descendue à 3.3. Le suspense reste total avant le premier passage au Col de Braus (13,58 km à 9h08) qui servira de Power Stage à partir de 12h18.

« C'est OK, je peux aller plus vite, » déclarait à l'arrivée un Seb Ogier le visage aussi rouge que sa combinaison.

Croyez nous, aucun de ses deux là ne veut lâcher la moindre seconde ce qui nous donne l'un des plus beaux combats de l'histoire de cette épreuve de légende. Il reste 45 km pour départager les deux candidats à la victoire.