Les Belges mal récompensés de leurs efforts cette année sur le Mount Panorama

C'était marqué "pas de chance" pour nos représentants cette année aux 12 Heures de Bathurst. Pourtant, Frédéric Vervisch (Audi R8 LMS n°22) et Maxime Soulet (Bentley Continental GT3 n°108) n'ont pas démérité mais la réussite n'était pas avec eux en Australie...

Le premier à lâcher prise était Vervisch. Après avoir occupé la tête de la course, le Courtraisien a vu ses chances de victoires partir en fumée quand son équipier Garth Tander emboutissait l'arrière d'une Mercedes peu après le cap des 4 heures de course. De quoi entraîner une longue intervention sur l'Audi du Team Valvoline. L'équipage finissait par abandonner après 181 tours.

Soulet est, une nouvelle fois, passé très près du coche. Sa Bentley était de loin la machine la plus rapide mais c'était sans compter sur deux curieuses immobilisations en bout de pitlane qui ont coûté très cher à "Mad Max" et à ses comparses Andy Soucek et Vincent Abril. La Continental grise parvenait néanmoins à se battre jusqu'au bout pour la victoire aux mains de Soucek, avant que ce dernier fasse un écart de conduite, heureusement sans gravité. La 6ème place attendait le trio qui avait de légitimes raisons d'être déçu.

Auteur d'un final en trombe grâce à des gommes plus fraîches, c'est la Porsche 911 GT3-R n°912 EBM de Campbell-Olsen-Werner qui s'est imposée au finish, Earl Bamber remportant sa première grande victoire en tant que patron d'écurie. Le tiercé de tête est complété par l'Aston Martin V12 Vantage GT3 n°62 de Vaxivière-Dennis-Kirchhöfer, leader avant le dernier restart, et la Mercedes-AMG GT3 n°999 GruppeM de Buhk-Götz-Marciello qui était partie en pole position. Suivent la Mercedes-AMG GT3 n°888 Team Vodafone de Lowndes-Whincup-Van Gisbergen et la BMW M6 GT3 n°42 Team Schnitzer de Farfus-Mostert-Tomczyk.