L’Espagnol a signé sa 10e pole position, ce samedi, au Sachsenring. Il vise désormais une 10e victoire.

Depuis 2010 Marc Marquez a gagné tout ce qu’il y avait à gagner au Sachsenring. Ce samedi c’est presque tout naturellement que le "Seigneur" des lieux s’est emparé de la pole, comme lors des neuf Grand Prix d’Allemagne précédents. Une pole acquise facilement sur ce circuit atypique, très sinueux et qui tourne dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, idéal pour le catalan.

"Je suis très à l’aise depuis le début du week-end," a déclaré le champion du monde. "Nous avons pu tester tous les types de pneus pour faire des comparaisons, même aux qualifications nous avons essayé différentes gommes pour avoir une compréhension encore meilleure."

Un travail et des résultats impressionnants, selon la configuration testée le n°93 était soit premier soit deuxième. Clairement l’Espagnol partira pour la victoire cet après-midi, la dixième en dix ans, même si lui préfère rester prudent. "On verra si la victoire est possible, parce que les pilotes Yamaha et Rins sont très rapides."

Ce sont eux qui talonnent l’Espagnol. Quartararo, qui s’était démis l’épaule sur un gros guidonnage, a finalement signé le deuxième chrono, 6 millièmes devant Viñales, troisième, qui vise une deuxième victoire d’affilée. "J’aurais pu aller plus vite mais nous avons travaillé sur l’usure des pneus parce que c’est ça qui sera déterminant pour la course," expliquait le vainqueur d’Assen.

Et avec Alex RinS qui partira de la quatrième position, Marquez s’attend à devoir batailler contre des pilotes véloces et des motos agiles. Pas de quoi s’en faire pour autant, parce que pour une fois il y a une autre Honda aux avant-postes, celle de Cal Crutchlow, sixième, malgré une fracture au genou. Et puis les Ducati officielles sont loin, douzième temps pour Danilo Petrucci qui s’est blessé aux mains et quatorzième chrono pour Dovizioso qui, à l’inverse de Rossi, n’a pas réussi à s’extraire de la Q1.