Des soucis pour le meilleur performer Neuville, seulement 15e.

Des conditions de routes particulièrement difficiles, avec moins de neige qu'annoncé mais encore beaucoup de « soupe » et beaucoup de boue sur les spéciales, n'ont pas facilité la tâché des 312 concurrents des Legend Boucles.

Une épreuve ayant, à l'image souvent des vieilles voitures, un peu de mal au démarrage avec une première spéciale fortement retardée et une seconde annulée faute de commissaires en nombre suffisant. C'est quasi avec une heure de retard sur le programme initial que se terminait la première boucle avec un premier leader surprise en la personne de Ghislain de Mevius sur la Nissan 240 RS de son papa.

Thierry Neuville avait signé le premier scratch sur sa petite Corsa, mais connaissait ensuite des soucis de pression d'huile qui allait lui coûter beaucoup de temps (433 points) dans l'ES6. De quoi dégringoler très loin au classement.

La joie de de Mevius Jr était toutefois de courte durée. Dans l'ES5, le patron du WIK déjantait et devait céder le leadership au tout aussi surprenant Pierre-Louis Loubet aux commandes d'une Citroën Visa 1000 Pistes très à l'aise avec ses quatre roues motrices sur ce terrain piégeux. Une traction intégrale dont ne pouvait profiter longtemps Marc Timmers victime d'un problème électronique dans l'ES2 et contraint à l'abandon. Le pilote de la Sierra repartira ce dimanche pour la journée terre. Xavier Bouche et Gino Bux (pont) ne voyaient pas non plus la fin de la première boucle, tandis que Bernard Munster y perdait plus de trois minutes, planté dans un champ. Le pilote Porsche signera un meilleur temps avant de casser son moteur.

Dans la sixième spéciale, Fred Caprasse signait son premier et seul temps scratch de la journée. Mais cela suffisait pour que le régional de l'étape s'installe en tête. Des commandes qu'il allait conserver en faisant preuve de régularité et de détermination tout au long des deux boucles liégeoises.

L'abandon sur panne mécanique du Français Loubet après l'ES7 permettait à Fred Caprasse sur la Ford Escort MKII de chez Christophe Jacob de s'isoler à la première place et de déjà commencer à gérer une avance porté à 46 points à l'issue de la première journée sur l'étonnant Adrian Fernémont découvrant l'Historique et la Ford Escort de chez Devleeschouwer.

En troisième position, le Finlandais Mikko Hirvonen, pas très l'aise sans clous dans ces conditions d'adhérence changeante et sur un terrain qu'il ne connaît pas, a concédé 117 points soit près de deux minutes à son équipier Caprasse sur la journée. On attend mieux et un premier scratch du quadruple vice-champion lors d'étapes forestières supposées être secrètes pour tout le monde...

L'Allemand Georg Belandy a fait très bonne impression sur son Opel Kadett GTE Groupe 4. Il pointe au 4e rang à dix points seulement d'Hirvonen.

Suite à sa crevaison, Ghislain de Mevius est retombé en 5e position mais attend la terre avec impatience. Il précède la Lancia de Jean-Pierre Van de Wauwer, , la Ford Escort du Britannique Ti Pearcey, celle de Cédric Cherain bien remonté après une incursion dans les bas côtés lui coûtant trois minutes ce matin et la Porsche de Fred Bouvy, premier de la catégorie Super Legend, soit les concurrents disposant d'une voiture hybride handicapée par un coefficient 1,4.

C'est le cas également de Thierry Neuville déjà remonté au 15e rang et donc toujours dans la course. Après ses soucis de moteur de la matinée lui coûtant 433 points dans l'ES6, notre vice-champion du monde a enchaîné six meilleurs temps pour revenir à 385,2 du leader. Autant dire que sans ses ennuis et malgré son gros coefficient, le récent 2e du Rallye Monte-Carlo pointerait en tête ce soir. Mais avec 7 spéciales forestières encore à disputer ce dimanche et des pénalités comptant double, il n'est pas exclu que notre ambassadeur mondial remonte dans le Top 5, voire mieux...

Pour la victoire finale, cela semble bien parti pour Fred Caprasse qui devra toutefois éviter les pièges et les crevaisons s'il veut réaliser son rêve et remporter « SON » rallye.