Les ex-virés Kvyat et Albon sont de retour.

Haas et Williams n'ayant présenté que des nouvelles décos sur les voitures de l'an dernier, Toro Rosso était la première à réellement dévoiler aujourd'hui sa monoplace 2019. Une STR14 mélange de la RB14 de 2018 et de la future RB15 qui sera présentée mercredi.

La petite soeur (Toro Rosso est la traduction de Red Bull en italien) a donc plus qu'un air de famille avec la Red Bull. "Ce sera d'autant plus le cas cette saison puisque nous aurons à nouveau le même motoriste avec l'équipe A", confie le team manager Franz Tost. "Tout ce qui est lié au moteur Honda sera identique à la Red Bull 2019. Pour le reste, on a poussé les synergies au maximum de ce que permet le règlement."

Comme Haas le fait avec Ferrari.

Côté pilotes, faute de mieux et suite à une certaine carence de sa filière, Helmut Markko est allé rechercher des anciennes recrues bannies.

C'est la deuxième et certainement dernière chance pour Daniil Kvyat, rétrogradé d'abord de Red Bull à Toro Rosso en 2016 puis remercié avant la fin de la saison 2017 pour céder la place à Pierre Gasly. Le Russe a gardé le contact avec la F1 en travaillant surtout dans le simulateur pour Ferrari.

Evincé sans ménagement lui aussi de la filière Red Bull, le Thaïlandais d'Angleterre Alex Albon, troisième du championnat de F2 l'an dernier derrière George Russel et Lando Norris, à une saison pour convaincre. Voire moins, Dan Ticktum n'ayant pas été promu à sa place seulement car il ne possède pas encore assez de points sur sa Superlicence.