En pleine confiance, les Pays-Bas ont besoin d’un partage en Allemagne pour se qualifier et... éliminer la France.

Trois équipes ont déjà décroché leur billet pour participer au Final Four, qui se déroulera en juin prochain. La France ou les Pays-Bas se disputent le dernier ticket tant convoité. Les Bleus, bien que premiers de groupe (7 points), n’ont plus leur sort entre leurs mains. L’Allemagne, qui affrontera les Bataves (6 points) ce lundi soir en clôture de la Ligue A, endossera le rôle d’arbitre dans une rencontre spéciale, qui avait pris une tournure catastrophique à l’aller .

Le calvaire vécu le 13 octobre par les hommes de Joachim Löw avait été historique. Jamais l’Allemagne n’avait laissé son voisin l’humilier de la sorte (3-0).

Depuis, les Néerlandais ont continué de grandir. La prestation cinq étoiles des Oranje contre la France (2-0) a impressionné l’Europe. Sans un grand Lloris, les champions du monde auraient coulé comme les Allemands il y a un mois...

La jeunesse néerlandaise, bourrée de talent, fait donc à nouveau mal à n’importe quelle équipe. Avec un visage conquérant.

Sur ses 14 derniers matchs, les hommes de Ronald Koeman s’en sont remarquablement sortis, en ne concédant que trois nuls et deux défaites. Memphis Depay en est le leader offensif, très inspiré. Voire arrogant, comme quand il a marché sur le ballon en fin de rencontre face aux Bleus, avant d’inscrire un penalty sur... panenka. Derrière, Virgil Van Dijk éblouit par sa force tranquille.


Maintenant, les Oranje veulent finir le travail. Face à une Mannschaft déjà reléguée, il faudra un point aux Néerlandais pour finir en tête du groupe devant la France.

"Je pense que ce match contre l’Allemagne sera plus compliqué pour nous que celui contre la France, prédit Ronald Koeman. Parce que la France est une équipe qui attend. Alors que la Mannschaft est une équipe qui attaque. Nous devons être prêts à affronter ça. Nous ne serons pas les favoris dans ce match. Mais nous allons montrer notre force de caractère. Le but, c’est de débuter le match avec l’idée de le gagner. Nous devons jouer notre jeu. Et notre jeu, c’est d’attaquer. Pas de défendre."

Cela promet un match très offensif. Que la France va suivre avec beaucoup d’attention, en supportant la Mannschaft...