"Je sais ce que je vais faire. J’ai pris une décision." 

Alors que son avenir reste enveloppé d’un voile d’incertitudes, Eden Hazard sait désormais visiblement où s’écrira son futur, comme il l’a indiqué dans un documentaire réalisé par la chaîne française RMC, intitulé Libre comme Hazard, et qui sera diffusé ce mercredi soir.

Ces deux petites phrases sont forcément sujettes à interprétation. À toutes les interprétations même. Partir ou rester ? Rester ou partir ? La problématique est connue pour celui que Thibaut Courtois, son ancien équipier à Londres, voit "comme un dieu à Chelsea" tout en formulant un souhait : "s’il vient ici, je serai très content".

À l’heure de ce choix, les paramètres de l’équation sont multiples. Ils ne sont pas forcément financiers puisque les premiers chiffres qui circulent dans le microcosme madrilène font état à Madrid d’une proposition de 13 millions net avec 3,5 de bonus quand Chelsea serait disposé à lui offrir 17,7 millions brut. Hors bonus. Elles sont davantage sportives et extra-sportives.

Sur le terrain , comme il l’a rappelé dans une interview à France Football, le Brainois "a fait le tour (en Angleterre)" où il a tout gagné depuis son arrivée en 2012. Et l’érosion de la puissance sportive des Blues face à Liverpool, Manchester City ou même Tottenham apparaît latente.

La soif de découvrir un autre championnat pourrait entrer en ligne de compte. Mais un autre aspect, déterminant, va jouer. Quand le joueur, toujours dans France Football, évoquait "des choses qui font que je pourrais rester aussi", l’allusion à sa vie de famille londonienne était à peine voilée.

Casanier, Hazard tiendra forcément compte du confort et des habitudes de ses trois jeunes fils, qui sont "ses Ballons d’or". Et s’il a arrêté son choix, il continuera de faire parler tant qu’il ne l’aura pas communiqué.