N’ayant plus rien à gagner ni à perdre en championnat, puisqu’ils sont assurés de disputer les PO2, les Saint-Gillois n’en ont pas moins donné le meilleur d’eux-mêmes au Kiel où ils ont longtemps eu la maîtrise du jeu avant de plier face à un adversaire tout de même invaincu depuis 12 rencontres au moment du coup d’envoi.

Le coach de la RUSG Luka Elsner était à juste titre frustré au coup de sifflet final.

"On a fait un bon match. Le score final est beaucoup trop lourd. J’ai la même impression qu’après trop de matchs cette saison : mes joueurs se sont créé plein d’occasions, mais ils n’ont pas été assez efficaces. Lorsque l’adversaire a égalisé à la suite d’un contre défavorable pour nous, je savais que ce serait compliqué, car en face, le Beerschot est toujours en course pour le titre et ne veut rien lâcher. Mes joueurs n’ont actuellement plus les ressources mentales pour ne pas paniquer dans une telle situation. Nos hôtes ont alors bien exploité leurs ballons de contre. Quant à nous, ce n’est pas la première fois que nous perdons des matchs de cette façon."