Le Standard organisait une conférence de presse ce vendredi pour présenter celui qui doit prendre les clés du milieu de terrain liégeois.

"C'est une fierté de pouvoir évoluer pour le plus grand club de Belgique", entamait tout sourire l'ancien Hurlu. "Les premiers contacts avec le Standard remontent à la fin des playoffs 2, mais il y avait d'autres clubs intéressés et j'ai donc pris le temps de la réflexion." Avant d'expliquer ce qui a fait pencher la balance en faveur du matricule 16. "J’étais un grand fan quand j’étais petit et c’est le plus grand club de Belgique. L’âme du Standard, il n’y en a pas ailleurs."

Celui qui a manqué quelques matches la saison passée en raison de blessures ne veut plus penser à ces coups du sort. "C'est du passé. Je n’ai pas peur de me blesser et je travaille en amont pour renforcer mon corps et éviter les blessures. J’ai quand même eu un petit coup au moral avec ma blessure (NdlR, à la cheville) pendant le stage, mais c'est rapidement passé."

Un stage qui a permis d'accélérer l'intégration du Belgo-Marocain, même si celle-ci était déjà bien avancée car facilitée par les retours au club de Mergim Vojvoda et Mbaye Leye, tous les deux côtoyés au Canonnier. "L'ambiance dans le groupe est bonne et l’intégration s’est bien passée, notamment parce que Mergim a signé aussi et il connaissait déjà pas mal de joueurs. Mbaye ? On pouvait le charrier la saison passée, mais maintenant qu'il est coach c'est terminé (rires)."

Et de conclure sur son rôle dans l'effectif de Michel Preud'homme ? "Je jouerai là où le coach me mettra." Pour le natif d'Hautrage, une chose est sûre : il n'est pas là pour prendre la place de Razvan Marin, parti à l'Ajax Amsterdam. "Je ne remplace pas Marin, je viens en tant que Selim Amallah", prévient-il. "J'ai signé au Standard pour réaliser mon propre parcours."