Razvan Marin témoigne de l’impuissance des Liégeois à percer le rideau anversois

Mine déconfite, Razvan Marin avait du mal à trouver les mots pour expliquer les raisons de ce deuxième revers de rang en championnat. "C’est très compliqué", précisait-il d’entrée. "On attendait une réaction après le match catastrophique à Zulte. On a essayé de bien faire les choses mais on n’a pas trouvé les solutions. L’Antwerp jouait bien en bloc, homme contre homme ; c’est difficile de contourner ce bloc."

Tactiquement , le Standard n’a jamais été en mesure d’inquiéter l’Antwerp. "On n’a pas trouvé la solution. Ils étaient très proches de nous avec un marquage individuel. On n’arrivait pas à trouver l’homme libre. C’était dur de joindre Maxime et Mehdi. Face à ce marquage individuel, tu dois d’abord t’en défaire et ensuite, seulement, essayer de créer de la supériorité. On a essayé mais sans succès."

À la pause, Michel Preud’homme a bien tenté de remobiliser ses troupes. Après le coup de sifflet final, il avait, évidemment, la tête des mauvais jours. "Durant la pause, on a regardé quelques images de la première période pour corriger nos erreurs. Était-il fâché ? Il faut le lui demander. C’est normal qu’il ne soit pas content."