Michel Preud’homme pointait surtout le manque d’efficacité de ses joueurs.

La musique balancée à fond dans le vestiaire de Knokke a accompagné l’arrivée de Michel Preud’homme dans la salle de presse. Deux salles, deux ambiances. “Le plan était simple : commencer très rapidement pour ne pas se mettre en difficulté et c’est ce que nous avons fait. Après la première demi-heure, nous aurions pu mener avec deux ou trois buts d’avance”, analysait le coach. “L’équipe a donc répondu, si ce n’est au niveau de la concrétisation car nous aurions dû marquer dans l’une ou l’autre situation. À la pause, j’avais dit de continuer comme cela, en faisant attention aux contres et aux phases arrêtées. Mais après l’égalisation, nous avons commis la même erreur sur un centre anodin de 40 mètres.”

C’est dans le dernier geste que les Liégeois ont montré leurs limites. “On s’est créé une dizaine d’occasions mais nous n’en avons pas mis une de plein jeu, c’est problématique”, poursuivait-il. “Je ne dirais pas que les joueurs doutent car nous avons vu quelques beaux gestes au niveau de la construction ou certains beaux mouvements mais il manquait cette envie de faire mal. Le manque de confiance ne peut venir que quand on ne réussit pas quelque chose. Pour avoir de la confiance, il faut réussir ses gestes. Ici, c’est l’envie de tuer qui nous a manqué, notamment lors de plusieurs situations dans les 16 derniers mètres.”

Cette élimination rend encore le match à Ostende plus important. “Nous travaillons jour et nuit mais nous n’avons pas encore suffisamment de retours et de résultats.”


>>> Découvrez les notes attribuées aux Liégeois après ce camouflet pour le tenant du titre <<<