À l’image de MPH, le Standard a préparé son déplacement dans la bonne humeur.

Il sera bien sur le banc ce vendredi soir. Exclu de zone neutre lors du Clasico après son énervement dû au but annulé de Carcela (avec l’intervention, après coup, de l’arbitrage vidéo), Michel Preud’homme n’a pas été suspendu par l’Union belge (mais le Standard a tout de même reçu une amende de 5 000 euros de la part de la Pro League). "Si j’avais dû l’être, je l’aurais accepté. Mais je ne le suis pas. Peut-être qu’il y a un peu plus de compréhension pour notre travail" , expliquait le coach liégeois ce vendredi.

Vous avez donc pu préparer sereinement le déplacement à Genk, malgré le court laps de temps qui s’est écoulé depuis le match contre Anderlecht. Il a fallu faire un peu retomber l’euphorie ?

"Même si c’est court comme timing, on y est habitués. On a connu ce rythme durant plusieurs mois avec la Coupe d’Europe. Et la bonne humeur était au rendez-vous cette semaine. Mais cela n’a pas empêché les joueurs de travailler sérieusement. Je n’ai aucun problème à ce qu’on rigole entre deux exercices tant que le travail est fait de manière professionnelle. C’est même plus agréable."

On sent que le climat est très positif au sein du club. Idéal avant de défier le leader ?

"Nous sommes dans une bonne série, cela facilite beaucoup de choses. On va essayer de garder notre élan. Mais Genk est et restera un déplacement difficile. Cette équipe joue un football que j’apprécie et montre de très belles choses depuis le début de la saison. Mais certains clubs lui ont déjà posé des problèmes. Et pour la battre, nous avons une idée."

Ce serait envoyer un sacré message en vue de la course au titre.

"J’aime que mes joueurs soient ambitieux mais la première chose à laquelle nous devons penser, c’est assurer notre place en PO1."

Face à Philippe Clément, que vous connaissez très bien. Vous avez eu des contacts avec lui cette semaine ?

"Non, pas cette semaine. Mais on se parle de temps à autre."

Vous êtes surpris par ce qu’il parvient à faire avec Genk ?

"Non, c’est à l’image de ce à quoi je m’attendais. Il a de grosses qualités, il est très motivé et a sacrifié beaucoup pour en arriver là. Il avait déjà fait du bon travail à Waasland-Beveren. Cela ne m’étonne donc pas."