Le joueur de Genk a été très touché par les nombreuses marques de soutien après sa mésaventure dans un magasin de Vilvorde.

Deux jours après avoir été accusé de vol, à tort, chez H&M à Vilvorde, Dieumerci Ndongala était toujours sous le choc jeudi, juste après l’entraînement de Genk. « Ce qui m’a le plus choqué, c’est que ça se soit passé chez moi. C’est là où j’ai grandi et je n’avais jamais connu ça. Quand j’ai tout expliqué sur Instagram, beaucoup de personnes m’ont dit que ça arrivait malheureusement souvent. J’espère que mon témoignage permettra de faire évoluer les mentalités. »

Les nombreuses marques de soutien qu’il reçoit depuis mardi lui ont fait chaud au cœur. « Au début, je me posais la question : est-ce normal ce qui m’est arrivé ? Je n’ai pas parlé de racisme ou de délit de faciès dans ma vidéo mais les gens m’ont tous dit que c’était du racisme. Non, ce qui était arrivé n’est pas normal. »

Pas simple de préparer le déplacement à Charleroi de vendredi soir dans ces conditions. « Heureusement, j’ai 28 ans et je sais faire la part des choses. Je serai prêt à jouer si on a besoin de moi », précise celui qui a de bonnes chances de fêter sa première titularisation de la saison sur la pelouse de son ancien club.

Dieumerci Ndongala a mis le dossier H&M entre les mains de son avocat. Il se réserve encore le droit de porter plainte.