Paul Allaerts estime qu’une fusion est, en théorie, la meilleure des choses.

Directeur général depuis quatre ans et désormais sportif de l’Excel Mouscron depuis le départ de Jurgen Röber, Paul Allaerts s’est exprimé sur le début de saison du REM. L’ancien arbitre belge qui a officié pendant treize saisons au plus haut niveau était l’invité du Grand Débrief ce lundi.

Les objectifs du club : "Je pense qu’il faut faire le point après 21 matchs. Nous avons fait un bon début de championnat mais maintenant c’est moins positif depuis quelques semaines. Le plus important reste de voir match par match et surtout de vouloir gagner toutes les rencontres que nous jouons."

La BeNe League : "Nous avons déjà eu de longues discussions sur le format du championnat la saison dernière. Finalement, on a gardé le même format. Ensuite, on nous parle d’une BeNe League. C’est un format qui mérite une étude mais je ne pense pas que cela se fera du jour au lendemain. Il faut aussi se poser les bonnes questions comme celle de savoir comment l’UEFA va réagir. Ça mérite une bonne analyse mais il faudra être transparent pour que tout le monde sache ce qu’il en est. Il ne faut pas balayer cette idée mais il faudra vraiment bien analyser les impacts sur les instances concernées."

La fusion rêvée par le président Patrick Declerck : "C’est normal que les supporters n’aiment pas entendre parler de cela et cela va être très difficile de regrouper des clubs comme Mouscron, Roulers, Zulte et Courtrai sans que cela n’ait pas un impact. En théorie, le président Declerck a raison dans sa réflexion. Ce n’est toutefois pas parce que tu as raison que cela va se faire dans les jours qui viennent. Économiquement c’est très bien réfléchi une fusion car tous les clubs autour nous pêchent dans le même vivier de sponsors."

Le mercato estival : "Nous avons des bonnes connexions avec Porto depuis Govea. Cela nous a permis d’avoir Queiros. En ce qui concerne la venue de Wimmer et Aleix Garcia, le mercato était fini en Angleterre et il fallait une solution pour ces deux joueurs. Nous n’aurions jamais réussi à les avoir début juillet. Le rôle de Bernd Hollerbach a aussi été très important grâce à ses connaissances. Il savait aussi que 85 % de son noyau allait être là au début de la saison mais il savait également que 2-3 joueurs allaient arriver à la fin du mercato. Maintenant celui de janvier se profile et on espère pouvoir garder les joueurs comme Boya chez nous pour toute la saison."