Avant de monter au jeu, il a frappé dans la main d’Ivan Leko, comme pour dissiper tout contentieux éventuel entre les deux hommes. Mais il avait la rage. La rage de poser sa griffe sur la fin du sommet.

Pour la seconde fois de rang, Ruud Vormer a entamé la rencontre sur le banc. Ce statut de réserviste lui déplaît : "Les explications du coach m’indiffèrent. Il ne m’a pas retiré parce que j’ai besoin de souffler. Son choix est purement sportif : j’ai 0 goal et 0 assist (2 goals, 10 assists la saison dernière à la même période) et Rits joue très bien."

Ruud Vormer ne se résigne pas : "Je suis capitaine. Mon glissement sur le banc est d’autant plus dur à supporter. Mes quatre premières saisons étaient super. Cette année, mon parcours est plus malaisé. Mais je reviendrai. Je retrouverai ma forme des campagnes précédentes. Je travaille dur chaque jour à l’entraînement. Et puis, les supporters me soutiennent: c’est important."