Le Club Bruges a baissé de rythme pendant la deuxième période.

Mats Rits ne savait pas s’il devait sourire ou s’inquiéter avec ce score d’un but à zéro. "C’est un sentiment mitigé. C’était important de préserver le zéro derrière. On a bien joué en première période et on aurait même pu en inscrire un deuxième. Après la pause, on n’a pas réussi à construire de la même façon et on a eu du mal à se défaire de la pression du Dynamo Kiev", estimait le milieu récupérateur.

Quantitativement, les Brugeois se sont créé plus d’occasions. Mais les opportunités du Dynamo ont été plus nettes. "Notre deuxième période n’a pas été aussi bonne, mais la raison n’est pas physique. Ce sont plutôt les Ukrainiens qui se sont adaptés et ont proposé un meilleur pressing."

Le match retour, la semaine prochaine en Ukraine, est donc encore indécis avec ce résultat. "C’est du 50-50, je pense. Si on avait réussi à marquer ce 2-0, on aurait pu s’y rendre dans la peau du favori. Mais ce ne sera pas le cas. Tout reste possible."

Les Blauw en Zwart risquent pourtant de subir la pression du public adverse. "Jouer plus défensif ? Non, nous allons proposons le même jeu que d’habitude, nous sommes le Club Bruges ! On doit imposer notre style et jouer de la même manière. C’est 1-0 à l’aller, il faudra marquer au match retour", conclut Mats Rits.