Son cœur a balancé mais le Club lui offre de meilleures assurances sportives.

C’était écrit dans les astres : Philippe Clement était destiné à devenir, à court terme, entraîneur principal du Club Bruges. Il lui suffisait, pour assouvir sa grande et légitime ambition, de démontrer qu’après plusieurs saisons d’écolage auprès de Michel Preud’homme il était apte, déjà, à mener une équipe au titre. Il y est parvenu d’emblée, de maîtresse façon, au Racing Genk.

Hier midi, l’Anversois a dévoilé ce qui n’était plus qu’un secret de Polichinelle : il a choisi, sans surprise, de revenir à Bruges.

Son départ de Genk n’a pas pris les dirigeants limbourgeois au dépourvu mais il les a peinés. Car tant au sein du club que parmi les supporters, Philippe Clement faisait l’unanimité et suscitait le respect. "Le club a tout fait pour le garder", a exprimé le Racing dans un communiqué . "Nous nous sommes attelés à cette mission dès octobre 2018. Nous nous sommes efforcés de lui offrir le maximum dans les domaines sportif, financier, d’organisation et d’infrastructure. Nous savions qu’il est sentimentalement très attaché tant au Racing qu’au Club Bruges. Il a opté pour Bruges. Nous en prenons acte avec regret."

Le Racing Genk avait arraché Philippe Clement à Waasland-Beveren le 18 décembre 2017. À la tête de son nouveau club, l’entraîneur anversois a d’abord qualifié son équipe pour l’Europa League, dans laquelle elle a réalisé un beau parcours, avant de la mener au titre national.

Verheyen et Van Rumst

Sur le site du Club Bruges, le président Verhaeghe n’a pas caché sa joie de retrouver Clement, promu à de plus hautes fonctions : "Je suis ravi et reconnaissant à Philippe de revenir chez nous. Au fil des années, j’ai été impressionné par la manière très professionnelle et très intelligente dont il avait bâti sa carrière. Il recèle désormais toutes les caractéristiques d’un top entraîneur. Il est donc logique que le nouveau pas en avant dans sa carrière le ramène au Club Bruges."

Comme prévu, Philippe Clement devrait y être rejoint par Gert Verheyen, son ami de toujours. Les deux techniciens ont le même manager. Johan Van Rumst, qu’il avait emmené de Waasland-Beveren, l’accompagnera également à Bruges.

Le Racing va devoir trouver le remplaçant qui le guidera en Champions League. Chuchoté récemment, Ivan Leko ne paraît pas être le premier choix, à l’inverse de Bernd Storck...