Michael Verschueren n’a pu que confirmer : le deal Kara a été conclu avec Mogi Bayat. Une obligation de la famille Kita.

Le directeur sportif du RSCA remet en contexte : "Nous voulions renforcer la défense depuis un moment. Et j’ai lu que Nantes voulait peut-être écarter Kara. J’ai contacté l’agent du joueur. Nous étions en phase de finalisation et dans la dernière phase, Mogi Bayat a été imposé par Nantes en tant qu’intermédiaire du club car il s’entend bien avec la famille Kita. Nous avons été pro et fait le deal avec son agent et lui. Nous voulions le joueur directement."

Anderlecht a toutefois décidé de changer sa politique. Le club ne souhaite plus collaborer avec les agents qui ont été soupçonnés dans l’affaire du Footgate. "Si nous devons le faire pour vendre un joueur qui a signé avec lui, nous le ferons. Pareil s’il est acquitté. Mais nous n’achèterons pas de joueur de son portefeuille."

Le club a voulu marquer le coup en interdisant l’accès à son hôtel à San Pedro del Piñatar aux managers. "Certains ont pris une chambre à l’hôtel", explique Michael Verschueren. "Ils respectent toutefois cette règle et ne font rien dans l’enceinte du complexe. J’en ai déjà vu défiler 20 ici mais nous n’avons pas pris de rendez-vous dans l’hôtel. Nous voulons travailler dans la plus grande sérénité."

Le mercato d’Anderlecht n’est pas totalement lancé. Fred Rutten a réclamé d’attendre le deuxième match amical de dimanche pour réellement pouvoir trancher sur les départs et les profils recherchés. "Nous nous réunirons dimanche ou lundi avec toutes les personnes nécessaires afin de trancher."