L'ailier de Genk s'est exprimé sur Instagram à propos d'une sale affaire...

Mauvaise surprise pour Dieumerci Ndongala... Alors que le joueur était en train de faire ses courses au H&M de Vilvorde, celui-ci s'est fait cueillir par deux policiers à la sortie du magasin. Ceux-ci avaient été appelés par une vendeuse, qui soupçonnait le joueur de piquer des fringues. 

C'est Ndongala lui-même qui relate sa version des faits dans une série de stories sur Instagram. Sur les premières, on peut le voir accompagné par les agents de police à l'intérieur du magasin. "Je paye mes trucs et y a deux policiers qui m'arrêtent, car j'ai soi-disant volé quelque chose. (...) On a fouillé mon sac. Une femme a appelé la police", explique le Genkois, qui apparaît comme plutôt zen et souriant, malgré la situation.

Plus tard, on retrouve l'ancien Standardman dans sa voiture. Il y explique que les deux agents l'ont d'abord pris à partie de façon un peu musclée. "La caissière dit qu'on a trouvé des étiquettes de vêtements arrachées un peu partout dans le magasin", dit-il. "Je lui réponds: 'Donc, on a retrouvé ces étiquettes et vous m'accusez ?'. La police dit qu'on lui a signalé un black, afro (sic) avec des tresses. Je dit à la femme: 'Donc, vous trouvez ces étiquettes, et même sans me voir, vous vous dites que c'est moi'. J'en veux même pas la police, même s'ils étaient un peu agités au début, ils ont fait leur travail. J'en veux à la femme de chez H&M. (...) C'est scandaleux."

"Je ne vais pas laisser passer ça", prévient Ndongala, qui conclut en expliquant que la vendeuse s'est finalement excusée de son erreur. Pas suffisant pour l'attaquant, qui selon ses dires est resté calme tout au long de l'incident. Selon nos informations, Dieumerci Ndongala compte porter plainte.