Mardi matin, les journaux écossais n’affichaient pas le même ton qu’après la défaite contre la Russie trois jours plus tôt. La déception avait fait place à la résignation. "De Bruyne too hot for Scots", résumait le Scottish Sun. "De Bruyne était tout simplement injouable pour les Écossais. Il était dans la quatrième dimension", ajoutait le Daily Record.

Non, notre adversaire n’avait pas de regrets. "Il faut toujours voir la vie du bon côté", poursuivait, fataliste, le Daily Record. "Cela aurait été encore pire si Eden Hazard avait été là… Et dire qu’il y a dix ans, on était 22e au classement Fifa pendant que les Belges naviguaient à la 66e place. La Belgique est maintenant une Rolls-Royce qui a laissé l’Écosse pour morte."

La presse écossaise a même pris du plaisir lundi soir. "Les Belges jouent comme au paradis. Ils ont pris un plaisir sadique à jouer faussement la sécurité avant de montrer à quel point ils sont forts. Leurs supporters ont tellement de chance de voir ce football régulièrement."

Les joueurs écossais étaient également impressionnés. Ryan Christie a expliqué qu’il allait vite rentrer chez lui pour voir le match. Pas pour analyser la prestation de l’Écosse mais "pour regarder le jeu inspirant de De Bruyne".