Quatre raisons expliquent le manque d’intérêt pour la venue de Zagreb

Anderlecht-Dinamo Zagreb se jouera dans un stade à moitié vide. Le club ne communique pas le nombre exact d’abonnements et de tickets vendus mais l’assistance ne devrait pas dépasser les 10.000 personnes ce jeudi soir. Pourtant, les prix des mini-abonnements ne sont pas très élevés : entre 45 et 90 euros pour les adultes (entre 60 et 105 euros pour les non-abonnés) et entre 30 et 50 euros pour des jeunes (entre 40 et 70 euros pour les non-abonnés). Voici les raisons du manque d’intérêt.

19h en plein bouchons

Pour Anderlecht, le tirage est catastrophique au niveau des heures des matches à domicile. Dans son stade, le Sporting joue trois fois à 19 h. Cela signifie, en tenant compte des embouteillages et des problèmes de stationnement, que les gens doivent pratiquement prendre congé le jeudi après-midi.

Pas d’affiche

Anderlecht espérait au moins affronter une grosse pointure européenne, style AC Milan, en phase de poules. Il n’en est rien. Le Fenerbahçe est le nom le plus attrayant mais ses supporters n’ont pas une bonne réputation. Des incidents avaient eu lieu lors du dernier Anderlecht-Fenerbahçe (0-3), en 2007.

Ce n’est pas la C1

Malgré les efforts de l’UEFA de revaloriser la Ligue Europa, le public d’Anderlecht a du mal à la considérer comme une compétition attrayante. Ce n’est que lorsque le Sporting se qualifie pour les tours à élimination directe (comme en 2016-2017) et affronte des grands d’Europe que le stade se remplit.

La crise sportive

Il ne faut pas tourner autour du pot : la situation sportive actuelle joue aussi un grand rôle. La défaite à Trnava a dégoûté les fans, comme le manque de spectacle, de buts et de victoires. Le résultat : rarement, le stade Constant Vanden Stock aura été si vide pour un match européen.

Yves Taildeman