La 4e étape du 76e Tour de Pologne cycliste (WorldTour) a été neutralisée mardi.

Au lendemain du décès de Bjorg Lambrecht victime d'une lourde chute sur la route de la 3e étape, le peloton, dans lequel figurait les six équipiers de Lambrecht au sein de Lotto Soudal (Fix All), a parcouru les 133,7 km entre Jaworzno et Koclerz en groupe et à allure modérée.

Le peloton s'est arrêté au kilomètre 48, celui qui a été fatal la veille à l'infortuné Gantois, et a rendu hommage au jeune Lambrecht.

Dans les dix derniers kilomètres, les coureurs de Lotto Soudal (Fix All) Sander Armée, Carl Frédérik Hagen, Tomasz Marczynski, Harm Vanhoucke, Jelle Wallays et Enzo Wouters, portant tous un brassard noir, se sont portés en tête du peloton et ont roulé côte à côte jusqu'à l'arrivée en hommage à leur jeune équipier. Avant d'en terminer, tous les coureurs ont encore marqué un arrêt sous un portique noir marqué du chiffre 143, le numéro du dossard de Bjorg Lambrecht dans ce Tour de Pologne, qui remplaçait le traditionnel portique d'arrivée. Une nouvelle minute de silence a été observée.

Les coureurs de la formation belge ont ensuite rejoint leur bus et sont montés à l'intérieur.

Toutes les animations prévues à l'arrivée ont été supprimées.

Mercredi, la 5e étape rejoindra Wieliczka à Bielsko-Biala au terme de 153,8 kilomètres.

L'Allemand Pascal Ackermann (BORA-hansgrohe) est le porteur du maillot jaune de leader. Il possède 12 secondes d'avance sur le Colombien Fernando Gaviria (UAE Emirates) et 14 sur le Slovène Luka Mezgec (Mitchelton-Scott).

Tous les Belges sélectionnés disputeront l'Euro à Alkmaar

Aucun nouveau nom ne sera ajouté à la sélection belge en vue des Championnats d'Europe de cyclisme à Alkmaar. Malgré le décès de Bjorg Lambrecht, tous les coureurs sélectionnés prendront part à l'Euro aux Pays-Bas, pour rendre hommage à leur coéquipier.

"Après une période de réflexion, il a été décidé que tous les participants belges disputeront ces Championnats d'Europe", a fait savoir la fédération belge de cyclisme (Belgian Cycling) via Twitter. "C'est la meilleure façon de rendre hommage à Bjorg Lambrecht, en se livrant pleinement dans ces Championnats d'Europe."

Thomas De Gendt, Lawrence Naesen, Brent Van Moer, Gerben Thijssen, Stan Dewulf et Jens Keukeleire, entre autres, font partie de la sélection de cet Euro, tout comme Ilan Van Wilder.

Jonas Rickaert est toujours incertain après sa chute du week-end dernier. Il ne sera certainement pas en action mercredi dans le relais par équipes mixtes. Il est possible aussi qu'il doive renoncer à la course sur route dimanche. Dans ce cas, un remplaçant pourrait alors être appelé.

Brassards noirs, minute de silence, départ de l'étape matérialisé par un portail noir...

Quelques heures après l'annonce de la mort du jeune espoir belge de 22 ans lors d'une chute en course, lundi soir, les organisateurs de l'épreuve avaient annoncé que l'étape du jour, reliant Jaworzno à Kocierz (sud), serait réduite de 173 à 133,7 km, sans incidence sur le classement général.

"C'est une excellente décision", a estimé le coureur polonais Marek Rutkiewicz, quelques minutes avant le départ de la 4e étape, vers 12h00 locale, à la télévision TVP Sport. "Cela nous permettra de soulager nos coeurs, en en discutant entre nous dans le groupe. Hier (lundi), l'ambiance était au plus bas. Lors de cette étape, on essaiera d'évacuer, avant de se remettre au boulot, à la course."

A peine le départ donné, les Lotto-Soudal ont roulé groupés, en tête du peloton stoppé au kilomètre 48, la distance de l'accident fatal de Lambrecht, pour une seconde minute de silence. Parallèlement, le parquet de Rybnik (sud) a ouvert une enquête sur les causes de l'accident.

Stupéfaction dans le peloton

La veille, la stupéfaction avait frappé le peloton de l'épreuve du World Tour en apprenant, à l'arrivée de l'étape à Zabrze, la mort de leur collègue. "Huit coureurs environ nous séparaient, lui et moi, poursuit Rutkiewicz. J'ai vu quand il a perdu le contrôle de son vélo. Tout de suite, il a chuté dans le fossé. Malheureusement, il y avait cette passerelle en béton. Il n'avait aucune chance d'y échapper, il est rentré droit dedans. Je l'ai vu replié sur lui, au fond du fossé. On a poursuivi la course en pensant que rien de grave ne lui était arrivé. La nouvelle tragique nous attendait à l'arrivée".

Le chef de l'équipe médicale de la course, Ryszard Wisniewski, a révélé mardi des détails sur les derniers instants de Lambrecht. "Juste après l'accident, on a pu communiquer un instant avec lui. Il répétait: +pas bien, pas bien, pas bien+. Nous ne nous attendions pas à de si graves blessures mais le niveau du sucre dans le sang était étonnamment bas. Il a perdu conscience dans l'ambulance. Le choc était très important. La rate arrachée, le foie écrasé", a-t-il détaillé à l'agence polonaise PAP.

L'annonce a vite franchi les frontières. Deuxième du Tour de l'avenir 2017 derrière le Colombien Egan Bernal, vainqueur du dernier Tour de France, meilleur jeune du dernier Dauphiné, Bjorg Lambrecht faisait partie des plus grands espoirs du cyclisme mondial au même titre que son compatriote Remco Evenepoel. "Repose en paix mon ami ! Continue de briller comme tu l'as toujours fait", a ainsi écrit sur Twitter Remco Evenepoel, l'autre grand espoir du cyclisme belge.

De Greg Van Avermaet, "profondément choqué", à Geraint Thomas, "dévasté", en passant par Steven Kruijswijk, incapable de "penser que cela soit la réalité", le peloton mondial a réagi à l'unisson. "Je suis incapable de trouver les mots parce qu'ils n'existent pas", a écrit sur Twitter le manager des Lotto-Soudal, Marc Sergeant.

"On prend conscience que tout peut aller très vite. C'est à se demander, parfois, pourquoi on prend des risques sur un vélo", a réagi le Français Mathias le Turnier (Cofidis), présent sur le Tour de Pologne.

Cette épreuve, les parents de Bjorg Lambrecht l'avaient également cochée sur leur agenda. Lundi, ils étaient présents à Zabrze. "D'habitude, les parents des coureurs ne les suivent pas (dans leurs déplacements, ndlr), raconte Czeslaw Lang, le directeur du Tour de Pologne. Mais hier, les parents du coureur décédé étaient présents à la ligne de départ et l'attendaient à l'arrivée. Comme s'ils avaient eu un pressentiment."